Formation et emplois

Designer visuel en multimédia: un métier pour ceux qui ne se lassent pas d’apprendre

Artist drawing something on graphic tablet with colleagues behind at office Photo: Métro

«Dix ans dans le monde du multimédia, c’est comme un siècle», lance Dominic Girard, enseignant à la technique en intégration multimédia (TIM) du Collège de Maisonneuve, pour illustrer à quel point les designers visuel en multimédia, autant que ceux qui les forment, doivent avoir la capacité de s’adapter.

Sites internet, applications mobiles et jeux vidéo: les médiums avec lesquels œuvre le designer visuel en multimédia sont variés et en constante évolution. Difficile, donc, de définir cette profession multidisciplinaire. «Designer visuel en multimédia, c’est une appellation peu utilisée dans le milieu», admet d’emblée Dominic Girard, sans pour autant condamner l’expression.

Le designer se distingue du graphiste par le fait qu’il est très présent dès le début du processus de conception d’un projet. «Il imagine à quoi va ressembler l’interface de l’utilisateur, explique l’enseignant. Par la suite, il s’assure que tout est mis au point pour répondre aux besoins de l’utilisateur, avec un look graphique qui retient
l’attention.»

Le programme TIM est une des portes d’entrée pour le futur designer en multimédia. Les programmes de graphisme ou d’informatique et ceux plus spécifiques, comme la technique d’animation 3D, sont aussi des voies d’accès.

L’appel du web

Duchesne-MathieuCV

  • Nom : Mathieu Duchesne
  • Titre : Designer en multimédia et graphiste
  • Formation : DEC en graphisme au Cégep Marie-Victorin et technique en intégration multimédia au Collège de Maisonneuve
  • Dans la profession depuis : 2010
  • Employeur au moment de l’entrevue : La start-up P&F Solutions fondée en 2007

Pourquoi avoir choisi de faire la technique en intégration multimédia (TIM) après celle en graphisme?
J’ai appliqué pour la première fois en TIM en sortant du secondaire, mais j’ai été refusé. J’ai donc décidé d’opter pour un programme qui y est associé, c’est-à-dire la technique en graphisme. Ensuite, en travaillant presque deux ans dans le milieu de l’imprimerie, je me suis rendu compte que ce qui m’intéressait le plus, c’était le web. J’avais déjà eu quelques cours de base, mais je savais que ma formation n’était pas suffisante pour travailler là-dedans. J’ai donc décidé de retourner faire une autre technique, celle en multimédia.

Designer en multimédia est une profession interdisciplinaire. Comment trouver l’équilibre entre se spécialiser pour se démarquer et se distinguer par sa polyvalence?
Selon moi, ma force, c’est que je me débrouille autant en web qu’en imprimerie et en graphisme. L’équilibre est difficile à définir. Ce n’est pas tout le monde qui a envie de faire deux techniques, alors mon conseil pour quelqu’un qui souhaite se lancer dans le métier, ce serait de commencer tout de suite en multimédia. C’est vraiment une bonne base, mais c’est certain qu’il faut se spécialiser par la suite, car la technique est très diversifiée.

«Étant donné que la technologie avance en même temps que nous, il faut constamment s’ajuster. Ça peut être vu comme un désavantage, mais à mon avis ça rend le travail plus intéressant.» – Mathieu Duchesne, designer en multimédia et graphiste

Quel type de services offrez-vous à P&F Solutions?
On propose un service clé en main à des entrepreneurs ou à des compagnies pour les aider à réaliser leurs projets. On s’occupe de tout ce qui se rapporte au visuel, au web et à la publicité pour nos clients. On cible généralement ceux qui souhaitent démarrer une entreprise ou en ont déjà une, mais veulent améliorer leur présence sur le web. Jusqu’à maintenant, on travaille surtout dans le corporatif, mais on voudrait éventuellement diversifier notre offre.

Articles récents du même sujet