Soutenez

7 choses à savoir sur la comète C/2022 E3 (ZTF) 

Photo de la comète Neowise prise dans l'état de Washington en 2020. Photo: Tero Patana, iStock

À peine 50 000 ans après son dernier passage, la comète C/2022 E3 (ZTF) est de nouveau observable depuis la Terre – du moins à partir de ce samedi, parce que là, y a des nuages. Voici quelques trucs à savoir avant de sortir vos jumelles! 

  1. Un nom à coucher dehors 

C/2022 E3 (ZTF), ça veut dire quoi ce charabia? «Généralement, les comètes portent le nom de leur découvreur, explique l’astronome Marc Jobin du Planétarium Rio Tinto Alcan. Mais de nos jours, la plupart des découvertes sont faites par des systèmes automatisés qui scannent le ciel soir après soir.» 

Ainsi, (ZTF) désigne le programme de relevé astronomique du ciel Zwicky Transient Facility de l’Observatoire du mont Palomar, en Californie. Le «2022 E3» indique que ce petit corps rocheux et glacé a été découvert lors de la première moitié de mars 2022 et que c’est la troisième comète détectée au cours de cette période. 

Enfin, le «C», c’est pour comète. (Duh!) En revanche, quand c’est une comète périodique dont l’orbite est bien établie, on va plutôt lui donner la lettre «P», précise l’astronome, comme pour la célèbre comète de Halley qu’on a pu observer la dernière fois en 1986 et dont la désignation officielle est 1P/Halley. 

  1. Est-tu grosse? 

Pas vraiment. Le diamètre de C/2022 E3 (ZTF) a été estimé à environ 1  km, ce qui est typique pour une comète, selon Marc Jobin. 

«Les comètes exceptionnelles vont avoir une dizaine ou une vingtaine de kilomètres [de diamètre]», indique Marc Jobin. 

  1. Où est-ce que je regarde? 

Comme elle n’est pas très grosse, il faut éviter de trop s’exciter le télescope. La petite visite de la comète machin truc est loin d’être aussi spectaculaire que le passage de Hale-Bopp en 1997 ou celui de Neowise en 2020. 

Marc Jobin conseille donc d’utiliser des jumelles pour voir la principale intéressée. Pour l’instant, on peut la trouver dans la direction nord en début de soirée, mais elle sera de plus en plus haute dans le ciel plus la nuit avancera. Enfin, progressivement au cours du mois de janvier, la comète passera entre l’étoile Polaire et la Grande Ourse – on parle bien de la constellation et non pas de la série télé avec Marc Messier. 

Et savez-vous quoi? Le Planétarium vous propose une carte de repérage sur son site web: https://bit.ly/3CZB6Kq  

Maudit que la vie est ben faite! 

  1. Quand est-ce que je regarde? 

Puisque les conditions idéales comprennent un ciel bien noir, la nuit, c’est mieux. «Loin loin de la ville» – comme dans la chanson de Boule Noire – c’est encore mieux. Évidemment, si vous êtes à côté d’une station de ski, vous ne vous aidez pas ben ben non plus.  

Marc Jobin prévient également que la luminosité de la lune va compliquer les choses. Donc, dépêchez-vous avant la prochaine pleine lune, prévue au Québec pour le 5 février! 

  1. D’où est-ce qu’a vient? 

Les comètes qui nous rendent visite proviennent généralement de deux endroits: la ceinture de Kuiper, au-delà de l’orbite de Neptune, ou encore, le nuage de Oort situé aux confins de notre système solaire. Si on se fie à l’inclinaison du plan de l’orbite de la comète C/2022 E3 (ZTF), on peut en déduire que son origine initiale est issue de ce dernier lieu.  

Malgré les apparences, le nom de ce nuage n’a rien avoir avec la langue klingon, mais fait plutôt référence à l’astronome Jan Hendrik Oort qui a développé cette théorie, aujourd’hui universellement admise.

«Le nuage de Oort est au-delà de la ceinture de Kuiper et ça va aux limites des influences gravitationnelles du Soleil», mentionne Marc Jobin. 

Ce nuage n’est pas observable directement, ajoute-t-il, et serait une vaste région où se concentrent des comètes.  

  1. Une chevelure brillante 

Oui, promis, on parle toujours d’astronomie! Ce qu’on appelle la «chevelure brillante» d’une comète, c’est la longue traîne de poussière qui la suit et qui reflète la lumière du Soleil, mais comment se forme-t-elle? 

«Les noyaux de comètes sont essentiellement des boules de glace, mais pas nécessairement d’eau. Ça peut être du méthane, de l’ammoniac, du gaz carbonique, toutes des substances volatiles, mais qui sont sous forme solide parce qu’il fait extrêmement froid loin du Soleil», raconte Marc Jobin. 

En s’approchant de notre étoile, ces substances commencent à créer cette chevelure brillante, à partir grosso modo de l’orbite de Jupiter. D’ailleurs, c’est justement lorsqu’elle passait dans cette orbite que la comète C/2022 E3 (ZTF) a été détectée en mars 2022.  

Preuve que c’est long se promener dans l’espace, la comète C/2022 E3 (ZTF) a atteint son point le plus proche du Soleil le 12 janvier dernier.  

  1. À quand sa prochaine visite? 

Ah ça, c’est comme les ami.e.s dit.e.s «indépendant.e.s»: on ne sait jamais quand on va les revoir! Déjà sur le chemin du retour, il est possible que la comète C/2022 E3 (ZTF) ne revienne pas avant des millions d’années, car il y aurait de petites altérations sur son orbite actuelle, à cause de l’influence des planètes du système solaire. 

En résumé, si vous voulez zieuter la comète C/2022 E3 (ZTF), c’est maintenant ou jamais! 

Une infolettre l’fun? Abonnez-vous à celle du Week-end pour voir!

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.