Jeux vidéo
15:35 17 mai 2020 | mise à jour le: 25 mai 2020 à 13:35 temps de lecture: 6 minutes

Les jeux vidéo sont de plus en plus sexuellement diversifiés

Les jeux vidéo sont de plus en plus sexuellement diversifiés

Le 17 mai, c’est la Journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie. J’ai donc eu envie d’écrire un petit article où je rendrais hommage à quelques personnages marquants de la communauté LGBTQ+ dans le monde du jeu vidéo.

Je m’attendais à écrire sur les habituels suspects: Ellie dans The Last of Us, Birdo… et c’est pas mal ça.

Mais une petite recherche m’a fait réalisé qu’il y a beaucoup, beaucoup plus de personnages LGBTQ+ dans le monde vidéoludique.

Et c’est une excellente nouvelle.

Normaliser la diversité

Pourquoi n’avais-je pas réalisé qu’il y a autant de personnages LGBTQ+ dans le monde des jeux vidéo, malgré que je me considère sensible à ces questions?

Les jeux vidéo ont évolué, et ils traitent ces questions avec plus de maturité qu’auparavant. Ce n’est plus un événement qu’un personnage soit homosexuel ou transgenre; c’est un trait parmi d’autres.

Et c’est génial.

J’ai adoré The Outer Worlds, et ma co-équipière préférée était sans aucun doute Parvati Holcomb.

Je me rappelais que sa quête personnelle était une longue histoire d’amour dans laquelle il fallait l’épauler, mais j’avais complètement oublié qu’elle était en amour avec une femme, ou même qu’elle mentionne à un certain point qu’elle est asexuelle (c’est-à-dire qu’elle ressent de l’attirance romantique mais pas sexuelle).

La quête de Parvati était suffisamment bien écrite que ce que j’en ai retenu, ce n’est pas la bisexualité de mon amie. C’était la timidité et le manque d’expérience amoureuse dont elle faisait preuve, et la fierté que j’ai éprouvé quand elle a réussi à séduire l’objet de ses désirs amoureux.

Bref, son orientation sexuelle n’est pas un spectacle, et ce n’est pas la seule chose qui la définit. C’est une partie de son identité, tout comme le fait qu’elle fait preuve d’un bel enthousiasme, ou qu’elle se passionne pour la science et la mécanique.

Des mœurs en pleine évolution

Longtemps, les jeux vidéo ont été un exutoire adolescent, où on cherchait surtout à assouvir les fantasmes des adolescents.

Ne vous méprenez pas: le sex-appeal agressif de Bayonetta ou la violence sans remords d’un Doom me font encore beaucoup rire.

Ce n’est pas mal en soi.

Mais plusieurs jeux tentent aujourd’hui d’évoluer au delà de ces considérations pour inclure un auditoire plus large.

Un des exemples les plus fascinants de cette évolution est Mortal Kombat X.

La franchise de Netherrealms studio est encore, à plusieurs égards, ce qu’elle a toujours été: la série reste un mélange série B de films de Kung-Fu et de supernaturel.

Les personnages féminins continuent toujours de montrer leurs atouts, alors que les personnages masculins montrent leurs muscles scintillants à qui veut bien les voir.

Mais dans le dixième opus, on a ajouté un personnage homosexuel, Kung Jin. Et même dans une série qui ne fait pas dans la subtilité, on a réussi à traiter son homosexualité avec doigté.

L’orientation sexuelle de Kung Jin n’est pas ce qui le définit; c’est plutôt son désir d’honorer sa famille, son passé de criminel, sa rage et son impulsivité mais aussi son sens de l’honneur.

Et jamais l’homosexualité de Kung Jin n’est traitée comme une blague, ou comme quelque chose de particulièrement dérangeant. Dans l’une des rares fois où le sujet est mentionné, Raiden dit à Kung Jin: « [Les moines Shaolin] ne s’intéressent qu’au contenu de ton coeur, pas à ceux qu’il désire».

Étonnant, venant de la même série qui nous a offert ça:

De plus en plus d’options

Les jeux plus ouverts, notamment les RPGs, nous offrent depuis un moment la possibilité d’entretenir des relations amoureuses avec les personnages de notre choix, peu importe leur sexe.

Pensons par exemple à Mass Effect, qui offre depuis longtemps des options romantiques homosexuelles.

Mais même à ce niveau, les choix continuent de s’élargir.

Il y a quelques années, Shovel Knight avait étonné en ajoutant le Body Swap Mode, qui permettait de changer le corps ainsi que les pronoms des personnages principaux.

Il devenait ainsi possible pour Shovel Knight d’avoir un corps féminin mais d’utiliser un pronom masculin, ou encore de faire de Shield Knight un homme, de façon à ce que Shovel Knight et Shield Knight ne forment un couple homosexuel.

Avec une modification toute simple (une deuxième ensemble de sprites pour les personnages majeur et l’option de modifier les pronoms), on venait soudainement de permettre à tout un pan de la communauté des joueurs de se sentir davantage représentés.

Et ça continue: dans Cyberpunk 2077, il sera possible d’assigner une identité transgenre ou non-binaire à notre personnage.

L’avenir s’annonce inclusif!

Articles similaires