Jeux vidéo
11:33 16 août 2020 | mise à jour le: 16 août 2020 à 12:30 temps de lecture: 6 minutes

Rogue Legacy 2 arrive sur Steam Early Access

Rogue Legacy 2 arrive sur Steam Early Access

Oui oui, vous avez bien lu: la suite du célèbre rogue-lite indie sera disponible sur Steam Early Access dès le 18 août!

Dans Rogue Legacy, on incarne le descendant d’une longue lignée de chevalier qui tente d’explorer un château magique qui change de disposition à chaque visite. Le but ultime est d’éliminer les boss de chacune des sections du château, mais ça se fait difficilement en une seule visite. 

C’est d’abord un «roguelike», sous genre des dungeon crawler caractérisé par une mort permanente du personnage (une seule vie) et des niveaux générés aléatoirement. Ensuite, on peut pousser la définition en spécifiant qu’il est un «roguelite», puisque même si votre personnage meurt de façon permanente, vous pouvez utiliser l’argent gagné pour acheter des améliorations de personnage persistant qui seront valides pour toutes vos prochaines parties. Dans un roguelite, on s’améliore en y jouant puisqu’on finit par maîtriser les contrôles, apprendre la particularité des ennemis et l’astuce pour certaines pièces, mais on est aussi aidé par notre investissement de temps qui se traduit par un personnage beaucoup plus apte à affronter les défis qui se présente à lui grâce à des améliorations permanentes.

L’avantage du roguelite, c’est qu’il peut être apprécié par les gens de tout niveau. Les experts s’amuseront à le compléter en moins de parties possibles, alors que le joueur standard finira par y arriver en y mettant un peu plus de temps.

Rogue Legacy 1.5?

Nous avons eu la chance de le tester. On ne se mentira pas: à date, Rogue Legacy ressemble plus à une version 1.5 qu’à une suite à proprement parler. 

Les graphismes ont été hautement retravaillés. Au lieu du pixel-art un peu amateur du premier jeu, on a maintenant droit à un style dessin animé grandement détaillé agrémenté d’effets de lumières réussis. On y trouve même des éléments 3D en cell-shading de temps à autre. Visuellement, Rogue Legacy 2 vieillira beaucoup mieux, on vous le garantit.

Cette fois, les traits de caractère qui affectent le plus le gameplay seront compensés par un bonus monétaire, vous encourageant à relever le défi.

La plus grosse différence, c’est qu’il contient un système de progression à la Metroidvania. Par exemple, le «dash» n’est pas accessible dès le départ. Vous devez trouver une statue qui vous téléporte dans une série de défis qui vous demande de maîtriser cette nouvelle habileté. Si vous mourez pendant ce défi, vous devrez retrouver la statue à nouveau et recommencer, sans quoi le «dash» ne sera jamais disponible.

Sinon, la version finale nous promet plus de tout: plus de classes, plus de biomes, plus de magies, plus d’armes, d’ennemis, de pièces, bref, un jeu plus gros que jamais.

Mais essentiellement, ça reste le même gameplay avec un ajout de contenu. Pour moi, Rogue Legacy 2 est ce qu’il aurait dû être le premier jeu: une version de luxe avec un meilleur budget. 

Rogue Legacy n’est plus le seul joueur sur le terrain

Il faut avouer qu’il s’en ait passé des choses depuis la sortie du premier jeu, il y a 7 ans. Les roguelike et roguelite se sont multipliés, au point d’en devenir une mode surexploitée. Mais le plus important dans tout ça, c’est qu’on a pu voir apparaître des chefs-d’œuvre qui ont pris tout ce qui était bon dans Rogue Legacy et qu’ils l’ont élevé à un autre niveau.

Dead Cells est le premier exemple qui vient en tête. Avec son contrôle précis, rapide et hautement satisfaisant, Rogue Legacy 2 fait vraiment pitié en comparaison. Ce dernier est resté toujours aussi maladroit et lent. C’est encore plus frustrant lorsqu’une attaque ennemie nous enlève le quart de notre énergie, ou quand on se laisse tomber du haut d’une pièce sans en voir le plancher pour réaliser trop tard que le sol est couvert de piquants. Au moins dans Dead Cells, lorsqu’on meurt, c’est entièrement de notre faute.

Neon Abyss est un de mes gros coups de cœur du mois dernier. Un autre rogue-lite, mais contrairement à Rogue Legacy, chaque partie est longue et significative. Le nombre de power-up et d’arme est tellement grand que chaque partie est totalement unique. Le skill tree contient de nouvelles mécaniques qui garde l’expérience fraîche même après des heures de jeux. Dans Rogue Legacy, le premier comme le deuxième, j’ai souvent de gaspiller du temps sur des parties perdues d’avance, simplement pour pouvoir progresser. Chaque partie de Neon Abyss peut être la bonne, celle où vous battez l’un des boss, puisque vous débutez toujours avec la même chance de réussir. 

Quand on enfile les héritiers vraiment désavantagés les uns après les autres dans Rogue Legacy, ça peut devenir frustrant. Un mage pacifique qui ne peut pas attaquer ne fait pas long feu, un deuxième pour qui l’attaque principale a un «cooldown» important avec qui on se retrouve entouré d’ennemis sans pouvoir se défendre, un troisième qui tourne l’écran à 180 degrés, quatrième avec un seul point de vies… Les streamers apprécieront ces retournements de situations, mais pour le joueur moyen, c’est plus frustrant qu’amusant.

Early, early access

Pour le moment, la version early access est tout de même limitée. On n’y trouve qu’un seul biome complet, 12 ennemis et une poignée de relique. On peut y faire des parties complètes et choisir un nouvel héritier, mais le skill tree est limité à une quinzaine d’éléments. C’est donc plus une version beta test qu’un jeu complet avec future mise à jour. Pour votre information, le développeur prévoit de rester au moins 1 an en early access, avec des mises à jour majeures tous les 2 mois. La meilleure raison d’en profiter maintenant est de s’assurer de profiter de son prix de lancement (qui sera augmenté 2 fois avant la sortie, passant de 25$ à 40$). Sinon, il peut assoiffer votre curiosité par rapport à cette suite grandement attendue.

Rogue Legacy 2 reste un bon rogue-lite indie appréciable par tous, particulièrement les admirateurs du premier jeu. Gardons en tête que tout peut changer avec des mises à jour, et qu’il peut devenir, lui aussi, un incontournable.

Un texte de Martin Brisebois de Jeux.ca

Articles similaires