Local

Engagé à rendre son école plus verte

Timo Joubert
Timo Joubert Photo: Quentin Dufranne / Métro Média

Timo Joubert est loin d’être un élève ordinaire. Cet adolescent de 15 ans est vigoureusement engagé pour la cause climatique. Depuis quelques années, Timo s’implique activement au sein de son école pour la rendre plus verte et pour sensibiliser ses camarades à la cause environnementale. À l’occasion de la journée de l’enfance qui a lieu ce 20 novembre, Métro s’est entretenu avec Timo pour connaître ses engagements et ses ambitions pour le climat.

Timo n’est pas le genre de jeune à sauter sur les jeux vidéo une fois l’école terminée. Loin de là, c’est un emploi du temps bien chargé que ce jeune d’Ahuntsic-Cartierville de secondaire quatre se réserve entre théâtre, cours de guitare et karaté.

Bien plus qu’une conscience avertie, c’est une conscience éclairée que Timo a sur les enjeux climatiques dont va faire face sa génération. Déjà très engagé au sein du Collège Stanislas où il y étudie, il est activement impliqué depuis plus de deux ans dans le comité écolo de son collège.

« J’ai grandi avec cette question dans les journaux, à l’école […] je me suis dis que c’est peut-être le moment de m’impliquer, de faire ma part et de changer les choses en lançant des actions au Collège Stanislas », explique Timo Joubert.

Des actions concrètes pour rendre son école plus écolo

Il a notamment participé à différents projets tels que le ramassage de déchet autour de l’école et à la collecte de vêtements usagers pour les recycler ou les redistribuer. Selon lui, à chaque récolte, ce sont environ 1200$ qui sont gagnés.

L’argent reçu est ensuite réinvesti pour ajouter du mobilier dans l’école tel que des bancs en matériaux recyclés. Mais Timo Joubert ne s’arrête pas là. Il s’implique dans la collecte d’objets électroniques usagers et dans l’élaboration d’un lunch zéro déchet pour sensibiliser ses camarades.

Depuis quelques mois, le comité vert dont il fait partie a mis en place différents projets. Il a notamment permis l’installation de ruches d’abeilles sur le toit du Collège Stanislas. Le projet a permis de récolter 30kg de miel cette année qui devrait être vendu pour permettre de refinancer les ruches et d’assurer leur entretien.

Une âme politique

Au printemps dernier, Timo Joubert décide de participer à un atelier sur la politique municipale d’Outremont avec les élus locaux. Au cours de cet atelier, le jeune apprend que la Ville d’Outremont subventionne les projets verts dans les écoles.

Seul problème, il lui restait trois jours pour soumettre une demande de subvention. Il lui en fallait plus pour le démotiver et c’est avec plein d’entrain qu’il demanda un délai supplémentaire pour postuler.

Deux semaines plus tard, Timo et ses camarades avaient élaboré un dossier complet. Il visait à mettre en place des bancs-potagers dans la cour de l’école. Un franc succès, car l’école a par la suite reçu une enveloppe de 7 000$ pour réaliser le projet.

Si vous lui parlez de Greta Thunberg, il la reconnaît comme étant une « source d’inspiration ». Timo déplore cependant le « manque de solutions » qu’elle propose.

« Est-ce que c’est vraiment par la politique que l’on change les choses ? dit Timo.  Il le faut maintenant le changement, pas dans 30 ans, car dans 30 ans, ça sera trop tard ».

Bien qu’étant très intéressé par la politique, les sciences humaines et l’humanitaire, ce jeune adolescent ne sait pas encore si son engagement se retrouvera dans sa carrière professionnelle.

Pour le moment, c’est localement qu’il veut changer les choses, que ce soit à l’école ou au sein de sa propre famille.

Les idées ne manquent pas à l’appel pour rendre son école plus verte, il espère ainsi la mise en place prochainement d’un composte et d’un mur végétal.

« On cherche aussi des plus petits pour s’impliquer, on travaille sur l’engagement des jeunes », conclut Timo Joubert.

Vos nouvelles 100% locales, recevez-les chaque jour.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet