Ahuntsic-Cartierville

Une transition verte pour le Marché central

Une transition verte pour le Marché central
Photo: ArchivesMarché central sera plus vert, plus favorable aux piétons et il sera possible d’y habiter.

Moins de voitures, plus d’arbres, le Marché central est en train d’opérer une mutation plus verte. Au même moment l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville est en train de réfléchir au réaménagement autour des gares Ahuntsic et Chabanel, qui desservent ce secteur.

C’est la relocalisation de la Place des producteurs – le plus important marché de fruits, de légumes et de fleurs dans l’est du Canada – au début de 2020 à Villeray qui a donné l’impulsion à ce changement. Ce déménagement laissera un vide de 800 000 pieds carrés.

Le réaménagement envisagé tranche avec ce qu’on connait de Marché central jusqu’à maintenant : des espaces commerciaux entourés de places de stationnement.

Le développement se fera en trois phases et s’étalera sur 30 ans. La première sera réalisée d’ici 2021 et concerne la zone proprement dite de la Place des producteurs, située entre le boulevard Crémazie et la rue Legendre Ouest, le long de la rue du Marché central.

Le nombre d’espaces de stationnement passera de 5 à 3,5 places pour 1000 pieds carrés de développement commercial.

La partie piétonne sera multipliée par deux. La zone végétalisée sera cinq fois plus grande. Les concepteurs prévoient 20% de toits verts dans ce qui est actuellement à un îlot de chaleur.

«Nous visons un verdissement, une densification et une réduction de la place de la voiture», énumère Michel Lauzon, architecte et président du bureau Ædifica à qui le gestionnaire du site, QuadReal Property Group, a confié le mandat de «réimaginer» Marché central.

Cet aménagement donnera le ton à ce qui est envisagé d’ici 2050.

Les planètes alignées

Cela fait un an que les architectes travaillent sur le projet. Mais au moment où ils planchaient sur la table à dessin, l’arrondissement entamait sa réflexion sur le TOD (transit-oriented development, le développement urbain orienté par les transports en commun) autour de deux gares de train : Ahuntsic et Chabanel, qui desservent le Marché central.

«Je suis très heureuse que Marché central s’associe à notre démarche, souligne Emilie Thuillier, mairesse de l’arrondissement. C’est un grand propriétaire terrien qui a ses propres enjeux et ses contrainte dont le site forme une grande partie du territoire qu’on regarde.»

Pour lancer sa démarche, l’arrondissement avait organisé en mai une charrette d’idéation à laquelle étaient invités tous les acteurs concernés par le TOD. «Nous avons participé aux sessions de travail et il y a beaucoup d’échanges avec l’arrondissement», assure M. Lauzon

Les violons semblent si bien accordés entre les deux, que Marché central envisage d’adopter la mixité des usages sur son terrain telle qu’édictée par la doctrine du TOD.

«On voudrait introduire un peu de résidentiel pas loin des stations de train, c’est très compatible», convient M. Lauzon.

Conformément à la doctrine du TOD, la mixité des usages intègre le développement commercial, les pôles d’emplois et le développement résidentiel. Des résidences dans le Marché central ? «C’est dans les plans, dans la vision», assure M. Lauzon.

Ainsi, Marché central deviendra non seulement une destination commerciale montréalaise plus verte, mais évoluera quasiment en quartier avec des gens qui y habitent.