Ahuntsic-Cartierville
14:19 15 novembre 2019

Faire de Gouin Ouest une destination culinaire

Faire de Gouin Ouest une destination culinaire
Photo: Amine Esseghir/Courrier AhuntsicStéphanie Moreau, présidente de l’association des commerçants de Gouin Ouest est convaincue que la vocation culinaire du quartier en fera une destination prisée des Montréalais.

La relance de la rue commerciale Gouin Ouest passera par les restaurants et les cafés. L’association des commerçants veut en faire la nouvelle vocation de ce quartier de Montréal.

Sur la trentaine de membres de l’Association des gens d’affaires de Gouin Ouest (AGAGO), il y a une dizaine d’établissements de restauration. Deux nouveaux restaurants doivent d’ailleurs ouvrir prochainement.

«Nous ne pouvons pas faire de vente trottoir sur Gouin Ouest comme sur la Promenade Fleury, parce il n’y a pas les boutiques qui pourraient y prendre part, ou il n’y en a pas assez, souligne Dre Stéphanie Moreau, présidente de l’AGAGO. Nous voulons attirer les gens vers les restaurants et les commerces de services.»

Le quartier se distingue depuis 2018 par la présence d’un imposant centre médical privé où foisonnent les établissements de services de santé et de bien-être et la multiplication de restaurants, pâtisseries et cafés.

La pâtisserie Mamie Clafoutis et un restaurant Amir se sont installés au rez-de-chaussée de la clinique. Un café Tim Horton a remplacé l’ancien club vidéo Videotron. Zembu sushi et Ristorante Il Cennone sont parmi les enseignes les plus voyantes sur la rue.

«Quand on discute avec les gens, notamment ceux qui viennent me voir à ma clinique, c’est ce qu’ils demandent. On avait fait un sondage auprès des citoyens : ils voulaient aussi des restaurants, des cafés, un bar et moins de boutiques», assure Dre Moreau, qui tient une clinique de podiatrie qui a pignon sur rue.

Lente renaissance

Pour cette fin d’année, l’arrondissement a allongé 10 000$ pour aider l’association de commerçants à mettre en place un événement pour le temps des Fêtes. «L’arrondissement veut continuer à appuyer l’AGAGO, confirme Effie Giannou, conseillère de Bordeaux-Cartierville. Ils ne sont pas assez nombreux pour être une SDC, mais ils sont extrêmement importants pour maintenir en vie le quartier.»

La rue commerciale Gouin Ouest revient à la vie timidement après une longue léthargie due à la fermeture du parc Belmont en 1983. Mais la relance de ce quartier n’a pu se faire qu’en passant par les aides publiques.

Un projet de revitalisation intitulé «Gouin Ouest: cœur de Cartierville» a duré trois ans grâce à une subvention de 130 000$ offerte par la direction régionale de santé publique de Montréal et la Ville de Montréal.

Initialement, la relance de Gouin Ouest devait passer par une variété de commerces de proximité. Une étude réalisée en 2015 par la défunte Corporation de développement économique (CDEC) Ahuntsic-Cartierville démontrait que le bassin de clients de 30 000 personnes dont dispose Gouin Ouest, échappait du quartier faute d’une offre commerciale diversifiée. La perte économique annuelle était estimée à 90 M$.

On évaluait à la même époque un potentiel de 25 places commerciales en rez-de-chaussée et en étage à combler.  On en compte encore une douzaine selon un décompte réalisé par le Courrier, notamment les locaux en location depuis des lustres, situés à l’angle du boulevard Gouin Ouest de la rue Lachappelle.

Les autorités municipales veulent aider aussi par des actions concrètes pour que les lieux demeurent accueillants. «Il y a deux semaines, nous avons fait une marche exploratoire avec des fonctionnaires de l’arrondissement sur le boulevard Gouin, entre l’hôpital du Sacré-Cœur et le boulevard Laurentien. On a compté ce qu’il fallait comme poubelles, comme enseignes. On a repéré un dépôt sauvage», raconte Mme Giannou.

Une réflexion est aussi engagée entre l’arrondissement et l’AGAGO sur le stationnement sur rue pour favoriser l’accès aux commerces.