Ahuntsic-Cartierville
15:59 20 janvier 2020 | mise à jour le: 20 janvier 2020 à 15:59 temps de lecture: 4 minutes

Rapprocher l’est de l’ouest

Rapprocher l’est de l’ouest
Photo: Archives/Métro MediaLe SRB Sauvé/Côte-Vertu roulera sur le même tronçon que le bus 121 actuel et desservira les mêmes stations, mais plus rapidement, sept jours sur sept et 24 heures sur 24.

Pour connecter l’est à l’ouest, et pallier l’engorgement du métro, des experts et des politiciens plaident pour un prolongement de la ligne orange et le creusement de la ligne rose. Or, il y a peu de chances que ces chantiers soient réalisés d’ici 2030. Pourtant, les projets de transport en commun dans l’Est risquent d’augmenter le nombre d’usagers dans le réseau déjà saturé de la STM.

Le prolongement de la ligne orange du métro entre Côte-Vertu et la gare Bois-Franc semble être la solution la plus efficace pour faciliter le passage d’est en ouest à Montréal.

Récemment, l’organisme Trajectoire Québec clamait qu’un tel raccordement était carrément une urgence. Outre le fait qu’il rendrait l’ouest de l’île «plus accessible», il aiderait aux passages d’un mode de transport à l’autre (train vers le métro, voire le REM) et il proposerait des «alternatives» lors de pannes sur le réseau de la STM.

«C’est un projet indispensable pour améliorer la fluidité des déplacements», avait déclaré Sarah V. Doyon, directrice de Trajectoire Québec à Métro Média.

Cet appel se faisait au moment où la conseillère de Bordeaux-Cartierville Effie Giannou faisait voter une motion pour rappeler l’utilité de ce prolongement d’un peu plus de 2 km. Le but de cette déclaration politique était de mettre sous les feux des projecteurs cette demande.

«Tout le monde est d’accord avec cette revendication, avait souligné Mme Giannou en entrevue avec Métro Média. Je me disais qu’il fallait une demande officielle pour aide à accélérer le processus.»

Cependant, le projet n’est pas inscrit dans les priorités gouvernementales. Or, ce prolongement était à un moment sur la table des décideurs.

Un article publié en décembre passé par le Journal de Montréal révélait que des études réalisées entre 2011 et 2015 par la défunte Agence métropolitaine de transport (AMT) concluaient que ce prolongement de la ligne orange aurait permis de transporter plus d’usagers, aurait donné une alternative à l’automobile et offert un gain de temps supérieur à celui attendu du prolongement de la ligne bleue.

Par ailleurs, une telle extension aurait soulagé le tronçon est de la ligne orange, toujours surchargée en heures de pointe.

Ligne rose

La ligne rose du métro promise par Projet Montréal durant la campagne électorale municipale de 2017 relierait Montréal-Nord à Lachine en passant par les quartiers centraux et le centre-ville sur près de 30 kilomètres.

Un bureau de projet a été mis sur pied par la Ville de Montréal il y a un peu plus d’un an pour plancher sur cette proposition. Il a été doté d’un financement de 1 M$. Mais Métro Media a appris qu’en une année, ni mémoire ni bilan des activités de ce bureau n’ont été fournis.

Une situation qui a suscité l’ire de l’opposition. «On n’est aucunement surpris d’apprendre que le Bureau de la ligne rose n’a rien fait à date depuis sa création. C’est un exemple concret du gaspillage d’argent des payeurs de taxes de la Ville de Montréal», avait commenté le chef d’Ensemble Montréal, Lionel Perez.

Un SRB en route

L’aménagement d’un Service rapide par bus (SRB) sur le boulevard de la Côte-Vertu sur près de 5 km reliera les stations de métro Sauvé et Côte-Vertu. Les travaux pour la réalisation ont été lancés en avril 2019. Ils sont effectués en trois phases. Deux ont été déjà achevées. La dernière, entre la gare Montpellier à la rue Décarie, devrait être terminée en juin 2020.

En 2015, le coût de ce projet était estimé entre 20M$ et 26M$, incluant les mesures de mitigation pendant les travaux. Ce sera le premier SRB de Montréal, même s’il n’est pas de la même ampleur que celui de Pie-IX et n’aura pas de quais d’embarcation rapide.

Il ne comportera aucune reconfiguration des stations, ce seront les mêmes que pour la ligne 121 qui dessert actuellement ce tronçon.

La voie réservée bénéficiera de feux prioritaires, d’un pavage spécifique à certains endroits et d’une reconfiguration géométrique par l’élargissement de certains trottoirs. Ces améliorations permettront de réduire la durée du voyage de 10 à 20%.

Articles similaires