Ahuntsic-Cartierville
14:00 10 août 2020 | mise à jour le: 10 août 2020 à 16:23 temps de lecture: 4 minutes

Des activités pour forger l’estime de soi des jeunes

Des activités pour forger l’estime de soi des jeunes
Photo: Nicolas Brasseur/Métro

Afin de contribuer davantage à l’épanouissement des adolescents, un organisme d’Ahuntsic-Cartierville lance son projet Grandir en confiance. Cette initiative propose des formations sous forme d’activités pour les aider à prendre de l’assurance.

Depuis de nombreuses années, les Associés bénévoles qualifiés au service des jeunes (ABQSJ) offrent des formations pour les adolescents. Toutefois, ce n’est que récemment que l’organisme a créé son volet pour les 12 à 17 ans afin de les aider à grandir en confiance.

Cet été, ils seront dans les camps de jours et dans les organismes jeunesse. L’approche inclusive de ces rencontres permet à tous les adolescents de participer gratuitement aux ateliers.

«ll y a un fort enjeu que ces jeunes soient mieux encadrés. Et qu’on aide à prévenir les inégalités sociales.» – Rokia Goudrar, directrice générale des ABQSJ.

En avril, l’équipe des ABQSJ a réalisé un sondage auprès de cette partie de la population afin de connaître leur intérêt sur de possibles séances adaptées à leur mode d’apprentissage.

Les thématiques qui sont ressorties le plus de ce sondage touchaient la confiance et l’estime de soi, l’intimidation et l’anxiété de performance.

«Ils auront la possibilité d’expérimenter lors de ces activités. À l’issue de celles-ci, ils pourront transférer les objectifs appris dans leur vie de tous les jours», explique la directrice générale de l’ABQSJ, Rokia Goudrar.

Fonctionnement

Trois volets permettent aux jeunes d’apprendre à leur rythme. Dans chacun de ceux-ci, trois activités d’environ une heure chacune sont offertes en lien avec la thématique de la formation. Donc, les rencontres peuvent se faire sur plusieurs semaines.

Chaque groupe est libre de prendre l’activité qui lui convient le mieux, peu importe le segment de l’activité. Chaque atelier contient de la théorie sur le sujet, une mise en situation pour mettre les éléments en pratique et une période de réflexion à la fin de la séance.

Le premier volet concerne l’épanouissement des jeunes. Les groupes pourront en connaître plus sur la confiance en soi, l’estime de soi, l’anxiété et l’intimidation. Lors d’une activité, les participants simuleront un séjour d’une semaine en camping durant lequel ils doivent identifier les embûches qu’ils pourraient rencontrer et les bonnes manières de les contourner.

Le deuxième thème porte sur l’animation de groupes. Dans ce segment, les jeunes apprennent les qualités d’un bon leader, comment gérer les situations difficiles dans un groupe et comment bien animer pour mieux communiquer. Lors d’une mise en situation, les adolescents devront s’imaginer sur une île déserte où ils peuvent apporter dix articles. Au bout d’une dizaine de minutes, ils doivent arriver à un consensus.

Le dernier volet concerne l’engagement bénévole. Les participants voient les bases, le rôle et les responsabilités ainsi que la réussite d’une expérience dans le bénévolat.

Leader

Afin de briser la glace, un groupe de la Jeune coop Ahuntsic recevait la visite des ABQSJ à la Maison des jeunes Bordeaux-Cartierville, le 3 août. L’objectif de l’atelier était de comprendre les qualités d’un bon leader. Il s’agit d’une caractéristique importante pour des adolescents qui travaillent dans une coop.

«Le mot leader, c’est gros. [Les jeunes] se disent que c’est un objectif inatteignable, mais souvent, ils ont les qualités», explique Marie-Sol Caron, professeure en éducation spécialisée au Cégep du Vieux-Montréal.

Pour certains, ils en sont à leur premier emploi. Pour d’autres, de nouvelles responsabilités viennent s’ajouter. «Ce sont des comportements attendus dans la société. Ça prépare à l’emploi et ça se fait dans un contexte de collaboration avec les autres», explique-t-elle.

Des capsules vidéo devraient également être disponibles sur le site Web de l’organisme. «On a développé une panoplie de capsules d’apprentissages en ligne. Les jeunes pourront regarder à leur propre rythme», mentionne Rokia Goudrar, concernant une possible formation à distance.

Les activités se font à l’intérieur et à des endroits différents. L’organisme recherche des locaux assez grands pour permettre une distanciation physique entre les jeunes et les animateurs. En raison de la pandémie de COVID-19, le port du masque est exigé lors des ateliers.

Dates

D’autres dates de formations seront dévoilées au cours des prochaines semaines. Pour plus d’infos, consultez le site Web des ABQSJ.

Articles similaires