Ahuntsic-Cartierville
11:53 17 juillet 2015 | mise à jour le: 17 juillet 2015 à 11:53 Temps de lecture: 3 minutes

Jeux panaméricains 2015: Nathalie Iliesco gonflée à bloc

Jeux panaméricains 2015: Nathalie Iliesco gonflée à bloc
Photo: Collaboration spéciale / Alexandru Steau

Nathalie Iliesco se sent d’attaque pour ses premiers Jeux panaméricains. À Toronto, la taewondoïste d’Ahuntsic-Cartierville rêve de décrocher la médaille d’or, rien de moins.

«J’ai vraiment hâte de compétitionner. Après une longue préparation, je veux voir les résultats», confie-t-elle à la veille de son départ pour les jeux.

Les qualifications et les rondes de finales dans la catégorie des plus de 67 kilos auront lieu le 22 juillet à compter de 14h. La partie s’annonce corsée. «J’ai déjà affronté une des Mexicaines, mais je ne connais pas les autres. J’ai étudié leur style sur vidéo. Les Mexicaines, les Américaines et les Cubaines sont à surveiller.»

Du haut de son 1,80 m, Nathalie compte utiliser sa taille pour vaincre ses adversaires. «C’est un avantage pour aller au visage et avoir une meilleure distance», assure-t-elle.
En plus de ses séances d’entraînement quotidiennes, Nathalie suit un psychologue sportif. «La préparation mentale est très importante. Je tiens un journal, je regarde des vidéos de taekwondo et je fais de la visualisation pour rester dans un esprit de confiance.»

L’horaire d’entraînement durant la semaine qui précède chaque compétition est généralement plus léger. L’athlète privilégie des séances plus intenses, mais de plus courte durée pour s’assurer que ses jambes ne deviennent pas lourdes par excès d’exercice.

Affaire de famille

À Toronto, Nathalie pourra compter sur les conseils privilégiés d’un être cher. Son frère aîné, Christopher, fait également partie de l’équipe canadienne dans la même discipline.

«C’est cool d’aller aux panams tous les deux pour la première fois! Quand j’ai la chance, je vais le visiter à Québec pour m’entraîner avec son groupe. On aime bien s’échanger des conseils et s’appuyer.» Il faut dire que chez les Iliesco, les arts martiaux sont une affaire de famille. Leur père détient d’ailleurs une ceinture noire en judo et en taekwondo.

Cette discipline procure une grande confiance à Nathalie, qui complète cette année des études en urbanisme à l’UQAM. «Le taekwondo me garde en forme et m’aide à m’organiser.»

Des débuts prometteurs

En 2013, l’athlète a fait son entrée sur la scène internationale en remportant une médaille d’argent à l’Omnium des Pays-Bas. La même année, elle a pu se classer parmi les 16 premières aux Championnats du monde, en plus de participer au Grand Prix de Manchester. En 2014, elle a poursuivi sur sa lancée avec plusieurs médailles. Nathalie a commencé l’année en force avec une deuxième participation aux Championnats du monde.

Après Toronto, Nathalie se dirigera en Russie, où se déroule le Grands Prix de Moscou, une compétition qui réunira les 32 meilleures taekwondoïstes au monde, le 8 août prochain.

Malgré ses premiers succès, la résidente d’Ahuntsic-Cartierville vise plus haut. Elle rêve de se rendre à Rio. «J’ai du rattrapage à faire pour faire partie de l’équipe olympique canadienne qui sélectionne seulement 2 filles et 2 gars. Il y a toujours des améliorations à faire aux niveaux technique et mental. Je dois demeurer constante.»

Articles similaires