Ahuntsic-Cartierville
10:58 4 février 2016 | mise à jour le: 4 février 2016 à 15:13 Temps de lecture: 2 minutes

La clinique de la douleur de Sacré-Cœur ferme

La clinique de la douleur de Sacré-Cœur ferme
Photo: Archives/TC MediaLe Centre de prélèvement d’organes de l’Hôpital du Sacré-Cœur, fermé depuis vendredi, a procédé à plus de 1000 prélèvements en six ans.

Devant l’incapacité de trouver de nouveaux médecins spécialisés, la clinique de la douleur de l’Hôpital du Sacré-Cœur met la clé sous la porte à la fin du mois. Elle recevait des malades une fois par semaine.

«Il faut savoir que traiter la douleur chronique nécessite une équipe pluridisciplinaire composée de neurologues, d’anesthésistes, de psychologues, de physiothérapeutes, d’infirmières et de bien d’autres professionnels», indique Hugo Larouche, relationniste au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Nord-de-l’île.

Sur les 300 personnes inscrites  à cette clinique, beaucoup s’y rendaient une fois par an pour se faire prescrire leurs médicaments. Ces derniers, ainsi que  ceux qui étaient sur la liste d’attente seront réorientés vers leurs médecins de famille.

Le seul praticien encore actif suivra les 85 cas les plus lourds au Centre hospitalier universitaire de Montréal (CHUM).

«Cette année, nous allons travailler avec les groupes de médecin de famille (GMF) de notre territoire pour développer l’expertise liée au traitement de la douleur et améliorer la prise en charge en première ligne des patients ayant des douleurs chroniques», assure M. Larouche. Un procédé qui facilitera ensuite l’orientation vers des structures spécialisées si nécessaire.

 

Articles similaires