Hochelaga-Maisonneuve
12:01 16 juillet 2020 | mise à jour le: 16 juillet 2020 à 17:28 temps de lecture: 3 minutes

Du mentorat pour les médecins venus prêter main-forte en CHSLD

Du mentorat pour les médecins venus prêter main-forte en CHSLD
Photo: Anouk Lebel/Métro MédiaLe Dr Michel Nguyen a été remplacé par la Dre Le Han et la Dre Maud Rebeyrol lorsqu'il a été atteint de la COVID.

Une trentaine de jeunes médecins ayant prêté main-forte en CHSLD dans l’est de l’île de Montréal au plus fort de la crise de la COVID-19 ont bénéficié de mentorat à distance de la part de leurs collègues en retrait temporaire.

Ce système a notamment été mis en place au CHSLD Éliora-Lepage, dans le secteur de Longue-Pointe, particulièrement touché par la COVID-19, avec une trentaine de décès et environ 80 cas confirmés.

Yolande Pelletier fait partie des résidentes qui ont contracté la maladie. «Je ne voulais pas croire que c’était ça», raconte-t-elle. Pendant les semaines de confinement, elle s’est sentie bien seule. Elle ne pouvait parler à son fils que de sa fenêtre, au cinquième étage.

Au début du mois de mai, trois des quatre médecins affectés à l’établissement ont été retirés; deux par mesure préventive et le Dr Michel Nguyen, parce qu’il avait contracté la maladie. La Dre Le Han s’est retrouvée responsable des 156 patients de l’établissement pendant une semaine.

«Tous les jours quand je rentrais chez moi, on m’appelait pour aller voir les patients en soirée», raconte la médecin qui a travaillé en CHSLD 7 jours sur 7 et a dû délaisser sa pratique en clinique pendant ce temps. «C’est une semaine que je ne vais pas oublier», laisse-t-elle tomber.

Un système de «co-traitance»

Heureusement, le Dr Michel Nguyen s’est remis assez rapidement de la maladie qui est selon lui bien plus qu’une simple grippette. Après huit jours, il a pu assister de chez lui la Dre Maud Rebeyrol, une jeune médecin de famille libérée des Forces armées canadiennes et venue aider en CHSLD.

«C’était très clair dans ma tête que je voulais faire une différence. Mais ce n’était pas mon champ d’expertise. Je n’avais pas d’expérience avec les personnes âgées, explique-t-elle. […] Ça m’a sécurisée de savoir que je pouvais avoir quelqu’un au bout du fil pour toute question.»

La Dre Nathalie Zan, médecin de famille en gériatrie et coordonnatrice médicale à l’hébergement pour les CHSLD au CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, explique que ce système de «co-traitance» a été la solution trouvée pour encadrer tous les médecins venus prêter main-forte.

«On avait toutes sortes de volontaires avec toutes sortes de parcours. Il fallait les lancer dans un milieu et un type de médecine qu’ils ne connaissaient pas, en plus dans un contexte particulier, en pleine COVID.», explique-t-elle.

Articles similaires