Hochelaga-Maisonneuve
17:21 15 septembre 2020 | mise à jour le: 15 septembre 2020 à 17:21 temps de lecture: 4 minutes

Début du chantier à la bibliothèque Maisonneuve, malgré les critiques

Début du chantier à la bibliothèque Maisonneuve, malgré les critiques
Photo: Gracieuseté / Dan Hanganu - EVOQ Architecture - civiliti - NCK/Pageau Morel

Arbres coupés, battage de pieux, arrivée de pelles mécaniques : les travaux d’agrandissement de la bibliothèque Maisonneuve débutent officiellement, et ce, malgré les critiques d’un groupe de citoyens estimant que ces rénovations dénaturent le bâtiment historique.

La Ville prévoit un agrandissement de 2460 m2 qui, assure-t-elle, ne se fera pas au détriment de l’héritage patrimonial de l’édifice.

Celui-ci a notamment pour objectif de permettre l’accès à une collection élargie d’environ 15 000 documents (pour 85 000 documents au total), ainsi que l’aménagement d’espaces sociaux.

Mais pour Denis Côté, membre actif du regroupement Patrimoine Homa « aimé » par quelque 2470 personnes sur Facebook, il ne fait aucun doute que le projet architectural choisi par la Ville à la suite d’un concours en 2017 ne respecte pas ce bâtiment vieux de 108 ans.

Rappelons qu’avant que la bibliothèque municipale occupe les lieux en 1981, le bâtiment abritait l’Institut du radium de 1926 à 1967 (où est décédée La Bolduc) et, plus tôt encore, jusqu’en 1918, l’Hôtel de ville de la Ville de Maisonneuve.

«Il est important de rénover le bâtiment sans le dénaturer, explique le retraité. Son allure générale doit être sauvée. C’est de l’Histoire du quartier dont il s’agit.»

Côté déplore notamment que le nouveau projet rende invisibles deux façades incluant des colonnes – qui se trouveront désormais à l’intérieur du bâtiment – ainsi que la perte du terrain dégagé entourant l’édifice.

Dans l’attente depuis deux ans

Déterminé à contrer le projet, Patrimoine Homa a même déposé en 2018 une demande de classement du bâtiment au Registre du patrimoine culturel en espérant qu’une acceptation entraînerait une remise en question de l’actuel projet.

«En plus, on a proposé des alternatives, explique M. Côté. L’une, beaucoup moins invasive, reconstitue une fontaine originale, rejoint la Maison de la culture par l’intérieur, et prévoit une piste cyclable qui passe au travers. L’autre opte pour l’aménagement d’une seconde bibliothèque dans l’église Saint-Clément, abandonnée depuis 2009».

Du côté du ministère, c’est le silence radio depuis 2018, dit-il.

Les travaux débutés la semaine dernière devraient s’étendre jusqu’en 2022.

Ceux-ci prévoient en outre l’élargissement et la rénovation des trottoirs de la rue Ontario et du boulevard Pie-IX ainsi que l’aménagement et la rénovation de la place Ernest-Gendreau, située derrière la bibliothèque.

Le coût du projet s’élève à 42 M$, assumé financièrement par la Ville et le ministère de la Culture et des Communications.

Notons que plusieurs bâtiments patrimoniaux ont déjà fait l’objet d’un agrandissement dans Hochelaga-Maisonneuve. Parmi eux, le théâtre Denise-Pelletier ou encore l’ancienne station d’électrification de la Shawinigan Water and Power Company.

Contacté par Métro, l’arrondissement précise que si la bibliothèque Maisonneuve n’est pas un immeuble classé inscrit au Registre du patrimoine culturel du Québec, elle n’en est pas moins identifiée comme « immeuble de valeur patrimoniale exceptionnelle » par la Ville de Montréal. Sa rénovation se fera donc dans le respect de son intérêt historique et de sa grande qualité architecturale, assure-t-il.

Pour ce qui est de la diminution de l’espace de verdure du terrain, elle a pu être ramenée à 30 % à la suite d’ajustements à l’aménagement paysager du site.

Le ministère de la Culture et des Communications a confirmé à Métro qu’il procède actuellement à une analyse poussée de la valeur patrimoniale de l’ancien hôtel de Ville de Maisonneuve (bibliothèque Maisonneuve), du bain Morgan et du marché Maisonneuve, « des témoins importants de l’ancienne ville de Maisonneuve. »

Articles similaires