Hochelaga-Maisonneuve
13:29 8 décembre 2020 | mise à jour le: 10 décembre 2020 à 14:13 temps de lecture: 4 minutes

Campement de fortune: «Il y aura encore des tentes»

Campement de fortune: «Il y aura encore des tentes»
Photo: Jason Paré/MétroSylvie Boivin, la DG de L’Anonyme, lors d’une conférence conjointe avec plusieurs organismes communautaires implantés dans Hochelaga-Maisonneuve.

En plus de manquer d’humanité, la Ville de Montréal n’a rien fait pour régler le problème de l’itinérance en démantèlement hier le campement de fortune de la rue Notre-Dame Est, selon un front commun composé de six organismes qui interviennent auprès des sans-abris.

«Dégoûtant» a été le premier mot employé ce matin par la directrice de Chez Stella, Sandra Wesley, pour décrire cette éviction qu’elle considère comme une violation «massive» des droits de la personne.

Le Comité BAILS, Dopamine, L’Anonyme, La Table des organismes communautaires montréalais de lutte contre le sida (TOMS), Chez Stella et le Réseau d’aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM) se sont réunis plus tôt aujourd’hui aux abords de ce qui était encore récemment le campement Notre-Dame pour dénoncer le démantèlement ordonné ce weekend par le Service des incendies de Montréal et entériné par la Ville de Montréal.

Les porte-paroles des organismes présents ont déploré que leurs intervenants n’aient pas eu accès au campement lors du démantèlement, afin de venir en aide aux sans-abris avec qui ils avaient développé des relations de confiance depuis le début de l’été.

Un seul intervenant

Seul un intervenant de L’Anonyme a été en mesure de rester sur le terrain, selon la DG de l’organisme, car il serait arrivé avant que le périmètre des policiers soit érigé. Il a dû à lui seul aider les sans-abris à emballer leurs effets personnels et les soutenir dans la crise qu’ils vivaient, explique Sylvie Boivin, la directrice générale de L’Anonyme, rappelant que ce sont des personnes «très fragilisées» ayant besoin d’accompagnement.

Elle déplore également que certains sans-abris n’aient pas été logés la nuit dernière.

«On a eu de la difficulté à trouver de la place à des personnes qui se sont retrouvées sans hébergement temporaire ou [de refuge] pour la nuit. On avait soit pas de réponse soit c’était complet, raconte-t-elle. On n’a pas assez de places pour les personnes qui ont quitté hier un endroit qu’ils s’étaient créé entre eux».

Si celui de Notre-Dame était plus visible, elle souligne que des campements à Montréal, il y en a toujours eu.

«C’était une communauté qui avait décidé de s’unir, de travailler ensemble et de se solidariser. On a défait ça, mais demain, il y aura encore des tentes. Il y a des gens qui vont mourir possiblement à cause d’un feu, à cause du froid, mais il n’y aura personne pour les voir. Et ça pour nous, c’est très malheureux.» – Sylvie Boivin, directrice générale de L’Anonyme

Invitée à réagir au sujet de ces critiques, la Ville de Montréal a indiqué que «la grande majorité des personnes, qui étaient au camp de la rue Notre-Dame lors de l’évacuation d’urgence du 7 décembre, ont été hébergées soit à l’hôtel Place Dupuis, soit dans l’une des ressources d’hébergement d’urgence dans l’arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve».

La relationniste au Service de l’expérience citoyenne et des communications de la Ville de Montréal, Linda Boutin, ajoute que «l’évacuation d’urgence s’est faite dans le calme et le respect de la dignité des campeurs et campeuses».

Lors de la conférence, les organismes ont rappelé les besoins criants en logement social à Montréal. Le RAPSIM souhaite également qu’on reconnaisse le droit des personnes en situation d’itinérance d’occuper l’espace public.

Ce texte a été mis à jour depuis sa publication afin d’inclure la réponse de la Ville de Montréal.

Articles similaires