Hochelaga-Maisonneuve

Ray-Mont Logistiques : le PQ exige la tenue d’un BAPE

Paul St-Pierre Plamondon souhaite reconquérir l’est de Montréal. Photo: Gracieuseté/Parti québécois

Le Parti québécois (PQ) déposera une motion à l’Assemblée nationale afin de forcer la tenue d’un Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) pour le projet de plateforme de transbordement de Ray-Mont Logistiques dans Viauville.

En entrevue avec Métro, le chef du PQ Paul St-Pierre Plamondon affirme vouloir l’heure juste sur l’impact environnemental et l’acceptabilité sociale du projet de Ray-Mont Logistiques.

« Clairement, il y a des choses qui clochent avec ce projet. Mais je pense qu’il faut aller plus loin que les manifestations ou les publications Facebook et se saisir des leviers qu’on a à l’Assemblée nationale pour atteindre des résultats concrets. »

Jusqu’à maintenant, le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette, ainsi que son adjoint parlementaire, Richard Campeau, ont indiqué qu’un projet final doit être déposé par l’entreprise pour faire une étude environnementale et conséquemment, soumettre le projet au BAPE.

Des activités de réhabilitation environnementale sont en cours et, selon l’entreprise, elles sont strictement liées à la mise en œuvre du plan de réhabilitation approuvé par le ministère de l’Environnement, ne constituant pas une mise en opération du site.

On peut avoir des appréhensions dans ce projet, parce qu’il y a très peu de transparence. La vérité, c’est qu’on sait très peu chose sur le projet sur ce terrain.

Paul St-Pierre Plamondon, chef du Parti québécois

Évaluation environnementale

M. St-Pierre Plamondon ne croit pas qu’il faut attendre que l’entreprise décide de déposer un projet, puisque selon les informations disponibles actuellement, des enjeux de qualité de l’air, d’îlot de chaleur et de bruits sont soulevés par ce dernier. Il ajoute que le promoteur a déjà commencé des travaux de transformation de son terrain, ce qui justifie d’autant plus la tenue rapide d’une évaluation environnementale.

Face à une telle situation, le chef péquiste affirme que le gouvernement peut exiger que l’entreprise dépose un projet « dans un certain délai » afin qu’il soit étudié.

« Lorsqu’une situation mérite une évaluation environnementale, lorsqu’une situation pose des problèmes d’acceptabilités sociales, la discrétion du ministre est assez grande. »

Selon M. St-Pierre Plamondon, une fois la motion adoptée par les élus provinciaux, le gouvernement sera tenu d’assurer l’existence d’un BAPE, puisqu’il aura pris un engagement dans ce sens.

Si cette motion s’inscrit dans la volonté du PQ de reconquérir l’est de Montréal, le chef du parti indépendantiste affirme qu’elle s’inscrit surtout dans leur volonté de mettre de l’avant les enjeux liés au réchauffement climatique.

Réaction de Ray-Mont Logistiques

Réagissant à l’annonce du PQ, le président-directeur général de l’entreprise, Charles Raymond, indique être « surpris de l’affirmation du chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, quant au manque de transparence de notre projet, d’autant plus que notre équipe a rencontré son chef parlementaire, Joël Arseneau, pour répondre à toutes ses questions, il y a moins d’un mois. »

« Nous avons d’ailleurs offert à M. Arseneau de tenir une rencontre subséquente s’il avait d’autres questions, ce à quoi il n’a pas donné suite », ajoute M. Raymond

La plateforme de transbordement de Ray-Mont Logistiques prévoit recevoir 100 wagons de train par jour et 10 000 conteneurs en permanence sur le site, ce qui implique 150 000 voyages de camions par année.

Articles récents du même sujet