Hochelaga-Maisonneuve

Une deuxième vie pour l’église Saint-Clément dans Viauville

Émilie Therrien, cofondatrice et administratrice d’HocheLab Photo: Jason Paré/Métro

Un montant de 43 500 $ a été octroyé au nouvel organisme à but non lucratif (OBNL) HocheLab qui souhaite sauver l’église Saint-Clément dans Viauville.

Cette annonce a été faite par la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, le 27 juin dernier. Un total de 23,95 M$ est investi dans 103 projets de restauration et de requalification de bâtiments patrimoniaux culturels à caractère religieux.

L’église Saint-Clément est le seul projet de requalification qui a été sélectionné à Montréal.

Cette première enveloppe permettra d’évaluer l’état du lieu de culte afin de déterminer la nature du projet à venir afin de lui donner une seconde vie.

«À partir de ces données, on va être capable par la suite de développer un projet», explique la cofondatrice et administratrice de HocheLab, Émilie Therrien.

Résidente de Viauville et avocate en droit immobilier de profession, Émilie Therrien a fondé tout récemment l’OBNL avec quatre autres personnes du quartier.

On s’est rendu compte que les gens, même s’il n’y a plus de service, ont tous un attachement à cette église, parce qu’ils s’y sont fait baptiser ou qu’ils s’y sont mariés.

Émilie Therrien, administratrice d’HocheLab

Une vision

Malgré cette première étape à franchir, HocheLab a tout de même élaboré une vision en deux axes qui sera implantée selon quatre pôles.

HocheLab souhaite d’abord proposer des usages du lieu de culte correspondant aux besoins des résidents de Viauville. L’OBNL espère également susciter l’intérêt des gens au-delà du quartier.

Les quatre pôles sont :

  • Alimentaire (puisque le secteur est considéré comme un désert alimentaire);
  • Sportif (afin de pallier le manque d’installations sportives dans le quartier, particulièrement depuis la fermeture du ProGym et du YMCA);
  • Communautaire et culturel (ce pôle vise surtout le presbytère et permettrait de louer des locaux à des organismes communautaires et à des artistes);
  • Spirituel (afin de conserver une «certaine mémoire de l’église» sous la forme par exemple d’une petite chapelle).

«Tous ces pôles vont être développés en collaboration avec la communauté. On n’a pas l’intention de faire ça en vase clos, sans informer les gens», assure Émilie Therrien.

Cette consultation se fera entre autres à partir d’ateliers d’idéation, ajoute-t-elle.

HocheLab a été fondé récemment par cinq citoyens engagés. Photo: Courtoisie

Émile Therrien mentionne qu’avant de faire une demande au Programme visant la requalification des lieux de culte excédentaires patrimoniaux, le projet a été présenté au diocèse de Montréal, qui soutient leurs démarches.

Une rencontre est également prévue prochainement avec l’Atelier d’histoire Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, qui a lancé un appel à la sauvegarde de l’église Saint-Clément en mars 2021, afin de profiter de leur expertise.

Une longue saga

Ce n’est pas la première fois que l’église Saint-Clément, fermée depuis 2009, fait l’objet d’une mobilisation pour sa préservation.

Dès le début des années 2010, le Comité de sauvegarde des églises Très-Saint-Nom-de-Jésus et Saint-Clément avait chapeauté un projet de résidence pour personnes âgées et de ressource intermédiaire, mais celui-ci n’avait pas fonctionné, faute de financement.

Le presbytère de Saint-Clément a également été occupé par la Maison du Pharillon, un organisme de réinsertion sociale, mais un immense dégât d’eau a rendu le presbytère inhabitable en octobre 2019.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité d’Hochelaga – Maisonneuve.

Articles récents du même sujet