Hochelaga-Maisonneuve
07:00 22 avril 2016 | mise à jour le: 22 avril 2016 à 14:19 Temps de lecture: 3 minutes

Des patients de l’HMR unissent leur voix contre le cancer

Des patients de l’HMR unissent leur voix contre le cancer
Photo: Isabelle Bergeron/TC Media

Chanter pour mieux guérir. C’est la proposition d’un radio-oncologue de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont (HMR) qui a mis sur place une chorale formée de patients et de survivants du cancer.

Une quinzaine de personnes affectées par le cancer participent à la chorale CROIRE. Une façon d’oublier les épreuves de la maladie et d’optimiser les traitements en cours.

Cancérologue depuis une dizaine d’années, le Dr. Christian Boukaram explique que la musique «est un excellent outil pour soigner les personnes atteintes de cancer.»

«Il faut traiter la maladie oui, mais il faut aussi soigner la personne, l’être humain qui a été diagnostiqué et qui, dans la plupart des cas, est en détresse par ce qui lui a été annoncé», dit-il.

Le spécialiste qui se décrit comme étant un passionné de musique, indique qu’il est important de maintenir un équilibre psychique et émotionnel quand on souffre de cette maladie.

«Ce que nous voulons, c’est de nous assurer que les besoins psychosociaux des patients sont comblés afin que ces derniers retrouvent une bonne qualité de vie.»

La peur de mourir
Le Dr. Boukaram témoigne de la peur que certaines personnes peuvent vivre au moment d’un diagnostic de cancer.

«On dirait que pour la première fois, les gens réalisent qu’ils peuvent mourir. Ils sont confrontés à cela et dans certains cas, cette peur peut nuire au traitement.»

Il explique que le rôle de CROIRE, qui est aussi un organisme offrant des activités complémentaires aux traitements médicaux, c’est d’éviter cela.

«Ce n’est pas une question de pensée magique, mais plutôt de les aider à mieux se sentir. Ce sentiment de détresse que les gens peuvent ressentir peut nuire aux résultats de leur traitement et on ne veut pas ça.»

Un effet thérapeutique
Les participants de la chorale, fondée en octobre 2015, répètent ensemble une fois par semaine.

Parmi eux, Louise Turcotte qui a eu un diagnostic de cancer du poumon à la fin de l’été 2015. Elle explique que depuis qu’elle fait partie de la chorale. Le chant lui permetde se changer les idées.

Pour moi, chanter avec d’autres personnes qui vivent les mêmes choses que moi, a un effet thérapeutique. Ça me fait oublier le fait que je suis malade», indique la dame qui vient de commencer un nouveau traitement pour guérir son cancer.

Elle indique que c’est le cas pour d’autres membres de la chorale. «Les gens viennent, même après un traitement de chimio ou à la veille d’une opération importante parce qu’ils savent qu’ils vont mieux se sentir après.»

Mado Desforges, cofondatrice de la chorale et survivante d’un cancer du sein, est du même avis.

«Le cancer est une leçon qui m’a appris que je devais profiter de la vie à chaque instant. C’est pour ça que je m’engage dans la chorale et dans toutes les autres activités que CROIRE offre aux personnes atteintes de cancer», conclut-elle.

La chorale donnera son premier concert à la maison de la culture de Rosemont–La Petite-Patrie le dimanche 24 avril prochain à 15h. Tous les billets auraient déjà été vendus.

Articles similaires