IDS-Verdun
15:29 8 janvier 2021 | mise à jour le: 13 juillet 2021 à 10:38 Temps de lecture: 3 minutes

Retour à l’école: des élèves inquiets alors que le nombre de cas de COVID-19 explose

Retour à l’école: des élèves inquiets alors que le nombre de cas de COVID-19 explose
Photo: Wavebreak Media LTDLe gouvernement a annoncé mercredi que la réouverture des écoles aurait toujours lieu comme prévu.

Même si plusieurs familles se réjouissent du retour en classe, certains élèves angoissent à l’idée de retourner en classe, alors que le bilan des cas de la COVID-19 ne cesse de fracasser des records. C’est le cas des deux enfants de la Verdunoise Véronica Thomas.

Son fils Nicolas, qui étudie en premier secondaire à la Beurling Academy, est «terrifié» de retourner en classe. Il y voit une incohérence, puisque presque tout doit être fermé pour protéger la population.

«Je n’aime pas l’idée de revenir à l’école avec les cas de COVID-19 qui augmentent, témoigne l’adolescent de 12 ans. Surtout parce que je suis inquiet à propos de ma petite sœur qui pourrait attraper la COVID-19, alors qu’elle fait de l’asthme.»

Cierra, 6 ans, est en première année à la Verdun Elementary et porte le masque en tout temps à l’école. «Les professeurs ont expliqué ce qui se passait au début de l’année scolaire. Elle a pris la décision de porter le masque toute la journée même si elle n’est pas obligée», explique sa mère, Mme Thomas. Elle fait savoir que quatre autres élèves font de même dans sa classe, qui en compte quinze.

«Mes enfants m’ont parlé de comment ils se sentent par rapport au retour en classe et ils ont peur.» – Véronica Thomas, mère de famille.

Alternatives

Depuis la rentrée scolaire, il y a eu des cas testés positifs au virus à la Verdun Elementary à quelques reprises, sans toutefois que l’établissement ferme. «C’est assurément inquiétant. Est-ce que je mets mes enfants dans une position encore plus stressante en les envoyant à l’école alors qu’ils ont peur?» se questionne Mme Thomas.

Les cours devraient se donner à la maison, croit-elle. Cela rendrait toutefois l’apprentissage plus difficile et causerait l’isolement, qui peut créer un enjeu de santé mentale. Un choix devrait être donné aux familles, estime la mère.

Dans la cour d’école de son fils, des jeunes joueraient ensemble sans masque, même si cela est interdit. «Il y a des élèves qui ne portent pas le masque à l’extérieur», témoigne Nicolas.

L’heure du midi est le seul moment où ils sont autorisés à enlever leur masque.

Il indique que la police contrôle la cour de son école environ deux ou trois fois par semaine pour s’assurer que les élèves portent le masque. Presque chaque fois, il y aurait des fautifs.

Nicolas préférerait avoir l’école à la maison. Il accepterait de ne plus voir ses amis en classe puisqu’il peut toujours communiquer avec eux via texto.

Articles similaires