IDS-Verdun

L’APRIDS veut éviter la pollution lumineuse sur la piste cyclable

Photo: Hugo Lorini/TC Media

À l’automne passé, des résidents de l’Île-des-Sœurs c’était plaint du manque de lampadaires sur les pistes cyclables de l’île pour assurer la sécurité des cyclistes et piétons. Depuis, l’arrondissement de Verdun a procédé à une première phase d’aménagement de lampadaires et a lancé la semaine dernière un appel d’offres pour l’aménagement de la deuxième vague des lampadaires.

En 2014, à la suite de plusieurs plaintes de résidents, une première phase d’installation de lampadaires visait deux tronçons de la piste cyclable débutant par l’accès à l’Estacade jusqu’au parc du Cours-du-Fleuve. La piste du côté est, de l’intersection de la rue Berlioz et du boulevard René-Lévesque, et qui longe le boulevard de l’Île-des-Sœurs jusqu’à la limite Nord de la rue Abélard (sauf la section longeant le site de la future école qui sera réalisée en 2015).

La deuxième phase prévue en 2015 visera le tronçon de la piste sur le côté ouest, du carrefour giratoire de la Place du Commerce jusqu’à l’intersection du Chemin du golf.

« Dans le but d’accroître la sécurité des usagers, l’arrondissement a pris la décision d’installer des lampadaires à DEL sur certains tronçons de pistes cyclables dans le quartier de L’Île-des-Sœurs », commente Honorine Youmbissi, chargée de communication — responsable des activités pour l’arrondissement.

Pour le président de l’Association des propriétaires résidents de l’Île-des-Sœurs (APRIDS), Mario Langlois, le manque de lampadaire était vraiment une défaillance qui persistait depuis plusieurs années.

« Avant, il n’y avait pas de lumières du tout pour assurer la sécurité des citoyens. Sur la piste cyclable, il y a des cyclistes qui vont à vive allure et des petites familles qui marchent. Sans lumière, ça créait des problèmes de sécurité, mais là ils sont réglés. Il y a eu une amélioration avec la phase un. »

Il ajoute que les membres de l’APRIDS et d’autres citoyens se réjouissent que « l’arrondissement se préoccupe de cette problématique d’installation de lampadaires.» Il rapporte que globalement, les commentaires des résidents sont positifs quant à l’installation de la première phase de lampadaire.

Pollution lumineuse
Pour la phase deux du projet, l’arrondissement utilisera aussi des ampoules DEL. « L’installation de ce type de lampadaires représente un virage écologique pour Verdun puisque les ampoules à DEL permettent une économie de coûts substantielle en plus d’être plus durables », explique Mme Youmbissi.
Pour l’APRIDS, l’installation d’ampoule DEL est une bonne chose, pourvu que l’arrondissement prenne en compte l’effet de pollution lumineuse.

« Ce n’est pas souhaitable d’avoir des lumières qui éclairent 360 degrés autour d’un lampadaire sur une piste cyclable. Il faudrait adapter le luminaire pour que cela ne nuise pas au voisinage et que ça n’augmente pas la pollution lumineuse », remarque M. Langlois.

Il enchaîne en mentionnant que l’APRIDS aimerait que l’arrondissement fasse une étude et une analyse du type de lumière qui doit être installée, dépendamment du lieu, pour éviter les problématiques.

Articles récents du même sujet