Lachine & Dorval
15:39 22 septembre 2020 | mise à jour le: 25 septembre 2020 à 16:09 temps de lecture: 4 minutes

Nouvel emplacement, même mission pour la Friperie Notre-Dame

Nouvel emplacement, même mission pour la Friperie Notre-Dame
Photo: GracieusetéLa Friperie Notre-Dame.

Le Comptoir familial de Lachine change de mains et d’emplacement pour devenir la Friperie Notre-Dame. Le concept est toujours le même: des articles de seconde main tels que des vêtements, des livres et des bibelots y sont offerts à prix abordables.

La friperie est maintenant située à l’angle de la 11e Avenue et de la rue Notre-Dame, dans l’ancienne Banque de Montréal, vacante depuis des années.

«On se compte vraiment chanceux d’avoir pu s’installer ici, c’est probablement le plus bel immeuble de la rue», estime la nouvelle copropriétaire, Chloé Boudreau.

Avec son mari Andy Harriott, ils travaillaient au Comptoir familial qui appartenait au Lachinois Pierre Dussault depuis l’an dernier. Considérant ses 70 ans, il a décidé de céder au jeune couple l’entreprise qu’il avait fondée en juin 2019.

«Il n’avait plus l’énergie de continuer, indique Mme Boudreau. On reçoit plusieurs dons et la demande des Lachinois est là: ce n’est pas facile à gérer.»

Popularité grandissante de la Friperie Notre-Dame

Justement, depuis le début de la pandémie, une trentaine de sacs de dons sont envoyés à la friperie. L’organisation a lancé une plateforme de ventes en ligne, en plus de proposer ses services de livraison gratuits.

C’est le couple lui-même qui allait porter les commandes à sa clientèle, en vélo. «Avec le changement de saison, on savait que plusieurs familles n’auraient pas de vêtements, qu’ils n’avaient pas les moyens d’en acheter ailleurs sur Internet. On tenait à montrer qu’on était là pour eux», fait valoir Mme Boudreau.

Les besoins sont grands avec la situation sanitaire qui cause des ennuis financiers à la communauté. Au-delà de cela, la friperie doit assurer le bien-être de sa clientèle, en s’assurant que le virus demeure non transmis malgré l’échange de vêtements.

Afin d’éviter les risques, tous les dons sont transportés dans une salle et laissés dans des sacs pendant 72h avant d’être ouverts. Tous les dons sont laissés dans un bac à l’entrée du magasin afin d’éviter les contacts directs.

«Tous les articles sur le plancher sont demeurés en inventaire pendant au moins un mois. Nous identifions la date à laquelle nous avons reçu les dons sur tous les articles, pour éviter les risques», rassure Mme Boudreau.

Projets

Le nouvel emplacement propose également une dynamique différente à sa clientèle. Les vêtements sont disposés de manière ordonnée sur les présentoirs, dans un espace vaste et bien éclairé, où résonne de la musique au goût du jour.

«On voulait créer quelque chose d’accessible, de propre, mais sans perdre l’ambiance intime que l’on présentait dans l’ancien emplacement. Je pense qu’on y est bien parvenu», se réjouit Mme Boudreau.

«On veut écouter la communauté pour comprendre leurs besoins, leur fournir ce dont elle a besoin» – Chloé Boudreau

L’ancien local du comptoir familial, situé entre la 10e et la 11e Avenue, appartient toujours au couple. Prochainement, ils comptent y ouvrir un détaillant de meubles de seconde main.

Faire partie du changement

Les deux propriétaires de la Friperie Notre-Dame souhaitent être des acteurs importants dans la tentative de revitalisation de la rue, à laquelle participent plusieurs commerçants. Afin de participer à son embellissement, ils ont peinturé les surfaces de leur commerce en orange.

«On veut incarner le changement qu’on aimerait voir sur Notre-Dame, résume Mme Boudreau. J’essaie de convaincre plusieurs personnes de louer un des locaux vacants, de se lancer en affaires comme nous.»

La friperie faisait partie des commerces participants au Marché Imaginaire de Lachine, qui s’est tenu samedi.

Articles similaires