Lachine & Dorval
14:59 1 décembre 2020 | mise à jour le: 1 décembre 2020 à 14:59 temps de lecture: 4 minutes

Marina: un projet transitoire dès l’été prochain

Marina: un projet transitoire dès l’été prochain
Photo: GracieusetéUn parc riverain verra le jour sur le site de l’actuelle marina de Lachine en 2025.

Des activités nautiques pourraient être offertes dès la prochaine saison estivale et la pratique de sports pourrait être privilégiée sur l’actuel site du port de plaisance de Lachine. Ce sont des propositions qui ont été présentées lors d’une consultation publique, la semaine dernière.

Le site pourrait héberger des installations transitoires, a-t-on indiqué lors de cette séance partisane organisée par Projet Montréal à laquelle ont assisté plus de 70 participants. Leur appréciation pourrait dicter la future vocation du parc riverain qui y sera inauguré en 2025.

La location de canots et la vente de nourriture pourraient y être possibles, a offert en exemple le responsable des Grands parcs de la Ville de Montréal, Robert Beaudry

«Ces installations transitoires seront utilisées comme des intrants dans notre conception, a résumé M. Beaudry. On veut faire un véritable laboratoire qui nourrira un projet pérenne.»

La mairesse de Lachine, Maja Vodanovic, a mentionné l’impossibilité de maintenir une marina jusqu’à la conception d’un parc, de même que la tenue d’un projet hybride, alliant la baignade et la présence de bateaux à moteur.

«C’est un chemin dans lequel on ne peut pas s’avancer, compte tenu des investissements qui seraient nécessaires», a-t-elle réitéré.

Orientation sportive

La tenue d’activités sportives risque d’être privilégiée sur le nouveau site. Cela viendrait combler un besoin, puisque le parc René-Lévesque, situé au sud de l’actuelle marina, est davantage de «nature contemplative», a expliqué Mme Vodanovic.

L’objectif est également de permettre la baignade, conditionnellement à des tests de qualité d’eau qui seront effectués au cours des prochaines années.

«Pour arriver à une baignade sécuritaire, il faut faire des tests tous les jours pendant deux à trois ans, statue Mme Vodanovic. Dans le coin de la marina d’escale, la qualité de l’eau est excellente.»

L’été, la pêche pourrait aussi être permise dans certaines zones, afin d’éviter les conflits d’usage avec la baignade. Des installations pourraient également permettre de pêcher l’hiver.

Consultations

Le projet de transformation de la marina est en période de préconsultation, alors que quelques groupes ont été rencontrés, comme des associations sportives nautiques. Des consultations publiques ouvertes seront tenues lors des prochains mois.

L’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) ne sera toutefois pas sollicité pour conserver «l’agilité et la rapidité» du projet, justifie M. Beaudry.

La plateforme interactive web Réalisons Montréal sera plutôt priorisée.

Impact économique

Un mémoire témoignant de l’apport économique de la marina a été déposé à la Commission des finances publiques de Montréal par l’Association des plaisanciers du port de plaisance de Lachine (APPPL), la semaine dernière.

Il est affirmé notamment que la marina est la source de revenus annuels de 10 M$ à l’échelle québécoise, dont 3,1 M$ uniquement pour l’arrondissement de Lachine.

«À la lumière des contenus de ce mémoire, qui révèlent une compréhension globale de cette infrastructure, il est clair que la décision de la Ville de Montréal de fermer le Port de plaisance de Lachine repose sur un ensemble d’informations erronées et bricolées», plaide-t-on dans le mémoire.

L’investissement requis pour maintenir la marina serait de 16,5 M$ selon Lachine. Ce montant se limiterait plutôt à 5,3 M$ selon l’estimation de l’APPPL, qui revendique qu’aucune étude de coûts n’a été effectuée avant l’annonce de la transformation de la marina.

Articles similaires