LaSalle

Une projection-discussion sur la réalité des femmes musulmanes au Canada

Le documentaire présente six femmes musulmanes canadiennes et leur rapport à leur identité. Photo: Capture d'écran/Office national du film du Canada

Le samedi 14 mai, le Centre culturel et communautaire Henri-Lemieux projettera un documentaire présentant la réalité plurielle des femmes musulmanes au Canada.

Dans À pleine voix, la réalisatrice Saïda Ouchaou-Ozarowski présente six Canadiennes de confession musulmane, dans l’objectif de s’éloigner de l’image caricaturale qui présente, selon elle, souvent ces femmes comme soumises et réduites au silence par la religion.

Si le long métrage d’une heure est disponible gratuitement sur le site Web de l’Office national du film du Canada, la projection de samedi sera suivie d’une discussion animée par l’expert en sciences des religions et conférencier Norman Cornett.

«Ma raison d’être, comme modérateur, c’est de donner pleine voix à l’auditoire, aux citoyens et aux citoyennes de LaSalle. Je ne vise rien de moins que de susciter un débat d’idées autour de l’islam et des femmes musulmanes, au Québec, en 2022», explique l’ancien professeur de l’Université McGill.

Si M. Cornett n’est pas musulman, il affirme que c’est un univers «qui lui est familier», en raison de son domaine d’expertise et du fait qu’il a lui-même vécu en Algérie.

«Sur le plan démographique, l’islam devient rapidement la religion la plus importante au monde. C’est donc une religion qui est incontournable. Les musulmans et les Québécois [non musulmans] sont voués à cheminer ensemble dans la société actuelle», souligne-t-il.

Créer des ponts

L’expert est convaincu qu’une telle discussion peut permettre de créer des ponts et de sortir du dialogue de sourds qu’il observe souvent. «De la discussion jaillit la lumière», résume-t-il.

N’a-t-il pas peur des possibles débordements avec ce sujet, qu’il reconnaît comme étant «sensible»?

«Je suis conscient qu’il y a une gamme d’opinions, d’idées, de conceptions, sinon de préjugés, de caricatures et de stéréotypes. Le dialogue ne veut pas dire qu’on est d’accord avec les autres, mais cela veut dire qu’on est à l’écoute les uns des autres», indique le conférencier.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de LaSalle.

Articles récents du même sujet