Mercier & Anjou

Un bâtiment de la rue Sherbrooke Est à l’abandon depuis un incendie

Un incendie a détruit le bâtiment le 15 janvier dernier. Photo: Jason Paré/Métro Média

Inoccupé depuis 2018, un bâtiment de la rue Sherbrooke dans Tétreaultville a été laissé à l’abandon à la suite d’un incendie en janvier 2021, laissant une cicatrice sur l’artère commerciale.

Il n’a pas été possible de connaître les causes de l’incendie avant de publier cet article, l’enquête ayant été remise au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). La Ville de Montréal a néanmoins précisé que le bâtiment a été considéré comme une perte totale par le Service de sécurité incendie de Montréal (SIM) et que l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve a récemment exigé que le site soit clôturé. 

Certains citoyens s’inquiètent tout de même pour la sécurité et s’interrogent sur les intentions du propriétaire du bâtiment, Développement Métro. C’est le cas de Denis Clavet, membre du groupe Facebook Les Badauds de Mercier-Est.

«Ce qui nous préoccupe, c’est que n’importe qui peut réussir à entrer là et que le bâtiment s’effondre sur une personne», explique M. Clavet.

Le résident aimerait que la Ville, par l’entremise du SIM, envoie un ordre de démolition du bâtiment qui a été par le passé un Dunkin Donuts, puis un Van Houtte.

Pas responsable

Rappelant que l’arrondissement a exigé qu’une clôture soit érigée en conformité avec leur réglementation, l’agente de recherche de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, Julie Bellemarre ajoute que «l’arrondissement ne peut être tenu responsable pour les comportements de personnes qui se mettraient délibérément en danger en entrant sur un site privé par effraction.»

Développement Métro, n’a pas répondu à nos questions, mais la chargée de communication de la Ville de Montréal, Mélanie Gagné, a confirmé qu’un permis de démolition a bel et bien été délivré au propriétaire du bâtiment par l’arrondissement.

Mme Gagné rappelle que «lors d’un incendie, le SIM a le pouvoir de demander la démolition d’un bâtiment s’il cause un risque imminent et dangereux pour les pompiers ou la population.»

La chargée de communication mentionne également que l’arrondissement peut, par le biais de sa Direction locale de l’aménagement urbain et service aux entreprises, exiger une démolition et octroyer un permis en ce sens.

De plus, «le règlement de zonage en vigueur stipule que le propriétaire a l’obligation de s’assurer que son bâtiment est sécuritaire sous toutes ses formes, qu’il soit vacant ou non.»

Articles récents du même sujet