Mercier & Anjou

16 M$ pour le nouveau siège social de Mondou à Anjou-sur-le-Lac

Le chef de la direction de Mondou, Pierre Leblanc, et son fidèle compagnon, Poko. Photo: Jason Paré, Métro Média

L’entreprise Mondou a inauguré son nouveau siège social à Anjou-sur-le-Lac, construit au coût de 16 M$.

Aménagé dans une ancienne salle de quilles, à deux pas d’un boisé et d’un lac, c’est un véritable milieu de vie que le Groupe Legault, une entreprise familiale propriétaire des magasins pour animaux Mondou, a construit pour ses employés.

Ce bâtiment écoénergétique et à la fine pointe de la technologie a été construit en 18 mois. Il réunit non seulement les employés de la chaîne Mondou, mais également ceux des marques exclusives du Groupe Legault, telles que Vetdiet, O’select et Petstory.

Des bornes électriques pour six voitures, un gymnase, une salle de yoga, des douches individuelles et une piste cyclable en bordure du lac ne sont que quelques exemples des aménagements dont pourront profiter les employés de l’entreprise.

Présente lors de la conférence de presse, la ministre déléguée à l’Économie, Lucie Lecours, a tenu à souligner l’accent que l’entreprise a mis sur «l’achat québécois».

«Ça, c’est de la musique à mes oreilles», a déclaré Mme Lecours.

Le bien-être des animaux et des humains

Mondou est passée d’un seul magasin lors de sa fondation en 1938 à 74 aujourd’hui, ce qui représente quelque 1100 employés. Cela n’empêche pas la chaîne d’être touchée par la pénurie de personnel.

Près de 100 postes restent à combler, que ce soit dans les magasins, dans le centre de distribution également situé à Anjou ou encore, au nouveau siège social, soutient le chef de la direction de Mondou, Pierre Leblanc.

Un besoin que M. Leblanc explique par la croissance rapide de l’entreprise et des services additionnels offerts récemment.

Lorsqu’on lui demande ce que peuvent faire les différents paliers gouvernementaux pour faire face à cette pénurie, le chef de la direction de Mondou croit qu’il faut «remettre le monde au maximum au travail, les rendre disponibles».

Entre chien et chat

La pandémie a provoqué une hausse d’adoptions d’animaux de compagnie, mais aussi une augmentation des dépenses dans ce secteur, puisque selon M. Leblanc, leur clientèle a fait des économies dans leur budget voyage et restaurant.

Au point où la pénurie ne frapperait pas uniquement les employés, mais les animaux également.

«Il n’y a presque plus d’animaux à adopter actuellement.» 

Même si leurs 74 succursales sont situées au Québec, Mondou fait des ventes en ligne ailleurs au Canada. Si le gros du marché est généralement le chien et le chat, M. Leblanc affirme que les félins sont particulièrement populaires au Québec.

Articles récents du même sujet