Soutenez

Le SAC Anjou célèbre ses 45 ans

Jacqueline Cardin et Louise Janelle, respectivement présidente et vice-président du SAC Anjou Photo: Gracieuseté, SAC Anjou

Le Service d’aide communautaire Anjou (SAC Anjou) lance ce 15 septembre les festivités de son 45e anniversaire.

Offrant des services d’alphabétisation, d’aide alimentaire, de persévérance scolaire, aussi bien aux aînés qu’aux familles, le SAC Anjou était à l’origine un secrétariat commun pour différents organismes communautaires du quartier. C’est au début des années 1980 que l’organisation a décidé d’opérer ses propres projets pour répondre directement aux besoins de la population, comme l’explique à Métro sa présidente, Jacqueline Cardin.

«Ç’a commencé par le repas communautaire le lundi – la soupière. Après ça, il y a eu l’aide alimentaire en 1984, qui s’est développée parce qu’on recevait de la nourriture de Moisson Montréal et qu’il y avait des besoins dans la communauté des gens en difficulté», raconte Mme Cardin, qui a été directrice de programmes de 1983 à 2011.

Par la suite sont nés le programme d’alphabétisation et l’aide aux jeunes décrocheurs scolaires.

«Le service aux aînés a été créé dans les années 1990, parce qu’il y avait un fort taux de personnes âgées en logement, mais qui avaient des besoins de se rencontrer, poursuit la présidente. Notre objectif au départ était de sortir les gens de leur maison et de les amener aux activités, telles que le repas communautaire ou les ateliers de tricot.»

La femme qui habite Anjou depuis plus de 50 ans ajoute qu’à l’époque, il y avait même de l’aide à domicile qui était offerte par l’organisme à sa clientèle aînée, avant que d’autres ressources reprennent le flambeau.

Un service à la personne

Les instigateurs du SAC Anjou souhaitaient à l’origine implanter un CLSC dans le quartier, mais le projet n’a pas été retenu par Québec.

C’est à la suite de ce refus que l’organisme fut fondé en 1977, réunissant différents projets communautaires. Puis, sous les conseils de l’organisme Centraide, l’organisme a revu sa pratique en 1983.

Centraide a regardé comment on fonctionnait et il nous a fait prendre conscience que le service à la personne devrait être développé davantage que le service aux groupes.

Jacqueline Cardin, présidente du SAC Anjou

Une nouvelle maison

Le SAC Anjou est actuellement en campagne de financement pour la construction de sa nouvelle maison destinée à regrouper sous un même toit tous les services qui sont actuellement offerts dans des lieux différents.

«Le SAC Anjou, depuis 1983, on a eu des locaux dans des troisièmes étages, pas accessibles. En plus, nos activités se donnent dans trois endroits différents», déplore Mme Cardin.

La campagne de financement se tient actuellement sur le site de CanaDon. Amorcée il y a plusieurs années, la campagne a amassé jusqu’à maintenant plus de 1,7 M$ sur un objectif de 3 M$.

«On est dû pour avoir un lieu qui est décent et facilement accessible. Et ça va être un plus pour la communauté», soutient la présidente du SAC Anjou.

Pour ce qui est du 45e anniversaire, l’événement phare aura lieu au printemps 2023. D’ici là, le SAC Anjou invite les citoyens à participer à son épluchette de blé d’Inde – oui, blé d’Inde! – qui aura lieu dans le sous-sol de l’église St-Conrad le 19 septembre. Informations: 514 355-4689 ou coordoalimentaire@sacanjou.org.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de Mercier & Anjou.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.