Montréal-Nord

Prévention de la violence: un appel à faire «front commun» pour rebâtir la confiance

Christine Black
La mairesse de Montréal-Nord compte se servir du rapport comme levier pour obtenir davantage de financement pour les organismes et les infrastructures. Photo: Anouk Lebel, Archives Métro

La mairesse de Montréal-Nord, Christine Black, appelle la communauté de Montréal-Nord et les pouvoirs publics à faire front commun pour lutter contre la banalisation de la violence mise en lumière dans un rapport commandé par l’arrondissement.

«On avait remarqué pendant la pandémie certains changements de comportements, des difficultés reliées entre autres aux armes à feu », a-t-elle réagi en entrevue téléphonique.

Elle a néanmoins été frappée par l’ampleur de la méfiance des jeunes envers les figures d’autorité dont témoigne le document de 86 pages. «On le savait que les jeunes étaient réfractaires à l’autorité. Mais que ça soit aussi aigu, c’est très surprenant», a-t-elle dit.

Elle entend se servir de l’étude comme levier pour porter le message que Montréal-Nord a besoin d’investissements en prévention, mais aussi sur le plan des infrastructures.

Ce n’est pas qu’à l’administration locale d’agir. Tout monde doit prendre acte de ces éléments-là pour qu’on puisse s’investir tout le monde ensemble.

Christine Black, mairesse de Montréal-Nord

«Construire des ponts»

La députée provinciale de Bourassa-Sauvé, Paule Robitaille, estime de son côté qu’il faut prendre les résultats du rapport très au sérieux.

«Avec la pandémie, les jeunes semblent de plus en plus déconnectés et en marge. Il faut vraiment construire des ponts avec notre jeunesse, tendre la main. Ça presse», a affirmé l’élue de l’opposition après le dévoilement des grandes lignes de l’étude dans La Presse.

Elle appelle tous les élus locaux, les institutions, de même que les organismes communautaires à «faire une introspection» pour mieux connecter avec la jeunesse.

Mme Robitaille réitère l’importance de financer les organismes communautaires à la mission plutôt que par projet, de façon à offrir une certaine stabilité aux jeunes. «On souffre d’un sous-financement chronique à Montréal-Nord pour toutes sortes de raisons», a-t-elle rappelé. Elle demande une nouvelle fois au gouvernement caquiste de faire une «réforme en profondeur» du financement des organismes communautaires. 

Améliorer la concertation

Selon le rapport, la concertation est cruciale pour rebâtir un sentiment de confiance avec les jeunes.

Or, les chercheurs mettent en lumière certaines lacunes sur le plan de collaboration entre les organisations sur le terrain, parfois en concurrence les unes avec les autres.

«Il faut se dire les vraies choses, quand les besoins sont aussi criants qu’ils le sont chez nous, avec le peu d’argent auquel on a accès, ça n’aide en rien le climat, ça fait en sorte que tout le monde veut obtenir sa part», a réagi Christine Black.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de Montréal-Nord.

Articles récents du même sujet