Montréal-Nord

Un salon de l’emploi pour favoriser les rencontres

Richard Biroko.
Le directeur du CJE Bourassa-Sauvé, Richard Biroko. Photo: Anouk Lebel, Métro

Pas facile de trouver l’emploi parfait… ou l’employé parfait. Mais pour y arriver, rien de mieux que de se rencontrer les uns les autres, croit le directeur général du Carrefour jeunesse-emploi Bourassa-Sauvé, Richard Biroko. Chercheurs d’emploi et employeurs ont pu le faire lors d’un premier salon de l’emploi en personne après plus de deux ans de pandémie, le 20 mai.

Abdelali a déjà postulé à plusieurs emplois en ligne dans les derniers mois, sans succès.

Après sept ans au Québec, il est toujours à la recherche de sa première expérience canadienne dans son domaine, l’administration. «J’ai beaucoup d’expérience au Maroc, mais ici, j’ai travaillé comme aide-cuisinier. C’était pour survivre», soupire-t-il.

Une vingtaine d’employeurs étaient sur place pour aller à la rencontre des chercheurs d’emploi, dont le Centre de services scolaire de la Pointe-de-l’Île, le CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal, les épiceries Metro et l’organisme Un itinéraire pour tous.

Le recrutement, un défi

La compagnie d’assurances Industrielle Alliance en était à sa première participation au salon, dans l’espoir de pourvoir des postes de conseiller en sécurité financière.

Si trouver de bons candidats n’a jamais été aisé, le défi est encore plus grand dans le contexte de pénurie de personnel actuel, souligne Mike Alexandre, directeur des ventes.

C’est d’aller vers les gens, plutôt que d’attendre que les gens viennent vers nous. Il faut aller vers les candidats pour trouver la perle rare.

Mike Alexandre, directeur des ventes, Industrielle Alliance

Aller l’un vers l’autre

Alors qu’une pénurie de personnel sévit dans plusieurs domaines, y avait-il plus d’employeurs à la recherche de personnel que de candidats à la recherche d’un emploi au salon?

«L’idée, c’est d’aller à la rencontre des uns avec les autres. Le besoin, il est mutuel. Aucune table n’a chômé», répond le directeur général du CJE Bourassa-Sauvé, Richard Biroko.

Il ajoute que le contexte de pénurie est une occasion pour les chercheurs d’emploi d’améliorer leurs conditions.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de Montréal-Nord.

Articles récents du même sujet