Ouest-de-l’Île
16:55 25 novembre 2020 | mise à jour le: 25 novembre 2020 à 16:40 temps de lecture: 3 minutes

CIMOI: garder le cap malgré la pandémie

CIMOI: garder le cap malgré la pandémie
Photo: François Lemieux/Cités NouvellesLe CIMOI a deux bureaux à Pierrefonds-Roxboro.

Malgré la fermeture des frontières, le Centre d’intégration Multiservices de l’Ouest de l’Île (CIMOI) continue d’offrir des services d’accueil, d’intégration et d’aide au placement en entreprise aux nouveaux arrivants. Les cours de français gratuits ne peuvent toutefois plus être donnés en présentiel dans les locaux de l’organisme, à Pierrefonds.

Ayant déménagé une de ses deux succursales de Pointe-Claire à Pierrefonds, l’an dernier, le centre était en mesure d’offrir des services de francisation à 500 nouveaux arrivants par session avant la pandémie.

Considéré comme étant un service prioritaire par le gouvernement, le CIMOI a rouvert ses portes le 19 mai à la suite de la première période de confinement.

«On ne donne pas tout ce qui est collectif comme service en ce moment. Comparativement à avant la pandémie, il y a moins de services collectifs d’offerts. Mais on a pratiquement autant de monde pour les suivis individuels parce que les nouveaux arrivants veulent être servis et rassurés», indique le directeur général du CIMOI, Mustapha Kachani.

L’organisme continue de coordonner les efforts de francisation en s’occupant des inscriptions et des suivis pour les cours de français qui sont maintenant donnés à distance par le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration (MIFI). Quelque 26 groupes ont été créés cette session, un de plus que lors de la précédente.

Afin de limiter le plus possible les contacts, beaucoup de services sont offerts par téléphone ou par courriel. Il est cependant possible de prendre rendez-vous pour un suivi en personne. Bien des clients comptent sur le CIMOI pour obtenir de l’information quant à la pandémie.

Dépistage

Le centre a d’ailleurs collaboré avec le Centre intégré universitaire de santé et services sociaux (CIUSSS) de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal dans le cadre de la campagne de dépistage.

«Durant le confinement, on a été approché par le CIUSSS. J’ai demandé à chacune de mes intervenantes de rentrer au bureau toute seule pour appeler tous les clients qui habitent le secteur Cloverdale pour qu’ils aillent se faire tester dans une clinique mobile», souligne M. Kachani.

Le CIMOI a aussi offert au CIUSSS de traduire la documentation sur la COVID-19 en espagnol, en arabe, en ourdu et en farsi.

«On espère le retour à la normale le plus tôt possible parce que les gens sont de plus en plus stressés, aussi bien la clientèle que le personnel. Mais on tient bon.»
– Mustapha Kachani

Articles similaires