Pointe-aux-Trembles & Montréal-Est

Place au hockey bantam à Montréal-Est

Le comité de Tournoi bantam de Montréal-Est a procédé au lancement, le lundi 19 novembre, lors d’une conférence de presse qui a réuni Bruno Santori (président), Bernard Tardif (vice-président), Gilles Racicot (président de l’AHMME), Michel Tremblay (secrétaire), Jonathan Santori (registraire), Jean-Pierre Leford (responsable VIP), Cynthia Racicot (trésorière) et Robert Coutu (maire de Montréal-Est) Photo: Gracieuseté Tournoi bantam de Montréal-Est

Le tournoi National bantam de Montréal-Est est de retour à l’aréna du Centre Récréatif Édouard-Rivest pour sa 45e édition, après avoir dû migrer vers d’autres installations l’an dernier en raison d’un retard dans les travaux de rénovation de l’établissement montréalestois. Plus de 1000 joueurs de hockey de moins de 15 ans s’y disputeront la victoire au cours des 90 parties prévues lors de la compétition, qui se déroule du 26 novembre au 9 décembre.

La Ville de Montréal-Est accueillera pour l’occasion 48 équipes de hockey, provenant de la région d’Ottawa et de partout dans la province de Québec. Les catégories Bantam B et BB seront à l’honneur jusqu’au 2 décembre, et laisseront ensuite la glace aux catégories A et AA pour la deuxième et dernière semaine du tournoi.

L’organisateur du tournoi, Bruno Santori, espère attirer 150 personnes pour chacun des trois matchs présentés tous les soirs de la semaine. « Les vendredis et samedis, les parties commencent plus tôt, dès 8h le matin, ajoute le président de l’événement. Les dimanches sont réservés pour les demies-finales et les finales, et l’on devrait réussir à avoir 300-400 personnes pour les finales, surtout si les équipes sont de Montréal. »

45 ans d’histoire

Fondé en 1973 par le collaborateur de Métromedia Jim Orrell alors qu’il évoluait aux services des loisirs de Montréal-Est, le tournoi bantam est aujourd’hui de plus petite envergure qu’à l’époque.

« On a moins d’équipes que l’on avait dans le passé, avance M. Orrell, qui agira comme président d’honneur de la compétition. De plus, on voyait avant les équipes arriver avec 75-100 spectateurs, on ne voit plus ça aujourd’hui. »

Avec la montée en popularité du soccer, entre autres, moins de jeunes pratiquent ce qu’on appelle encore le sport national des Québécois.  « Dans le temps de Jim, il devait y avoir 100 équipes qui participaient, estime M. Santori. Je pense qu’il n’’y a même plus 100 équipes bantams au Québec. »

Le tournoi, avec ses 48 équipes participantes, reste néanmoins un des très grands rendez-vous; l’un des seuls tournois bantams de calibre national de la province, avec celui de Granby.

L’événement a même « fait des petits », souligne M. Orrell, qui été le maître d’œuvre des vingt premières éditions, et cite l’apparition des tournois midget à St-Léonard et peewee à Ville d’Anjou. « On est devenu un peu un modèle, les gens regardent ce qui se faisait ici », avance-t-il.

Une trentaine de bénévoles seront à l’œuvre durant la semaine pour assurer le bon roulement du tournoi, dont les recettes seront remises à l’Association de hockey mineur de Montréal-Est.

Articles récents du même sujet