Pointe-aux-Trembles & Montréal-Est

Une annonce imminente pour la décontamination de la plage de l’Est

Une annonce imminente pour la décontamination de la plage de l’Est
Photo: Amélie Gamache / Métro MédiaLors d’une première phase, inaugurée en juillet 2018, des terrains de volleyball ont été aménagés sur le site de la plage de l’Est, en plus de quelques bancs et des tables à pique-nique. Un pavillon, avec toilettes, vestiaires et salle de repos y est également accessible.

La députée de Pointe-aux-Trembles et ministre responsable de la région de Montréal, Chantal Rouleau, annoncera « à la fin du mois de mars, au plus tard en avril », l’investissement de 5M$ promis pour décontaminer le littoral de la plage de l’Est.

La nouvelle sera faite en collaboration avec le ministre de l’Environnement, Benoit Charrette. Celui-ci aurait contacté la députée de Pointe-aux-Trembles pour lui demander de participer au Plan de revitalisation pour l’Est de Montréal proposé par le parti, selon le chef de cabinet adjoint de Chantal Rouleau, Simon-Robert Chartrand.

À ce 5M$ pour décontaminer le littoral s’ajoutera un 4M$ supplémentaire, déjà prévu dans le cadre du Programme Trame verte et bleue du Grand Montréal. Cet investissement de la Communauté métropolitaine de Montréal conclura la décontamination du terrain sec.

« À terme, c’est donc près de 10M$ pour la plage dans la prochaine année, se réjouit M. Chartrand. On respecte notre parole et nous allons livrer la marchandise. »

Il est donc raisonnable d’espérer que la baignade, que l’on promet depuis des années, soit possible en 2020.

Lors du dévoilement des plans d’aménagement, en 2014, Chantal Rouleau, alors mairesse de l’Arrondissement, avait d’abord annoncé la fin des travaux pour 2016, avant d’être reporté à 2018. Elle porte le projet depuis 2006.

L’ancienne marina Beaudoin, située à cet emplacement, est la cause d’une contamination des sédiments du littoral qui, entre autres facteurs, a retardé le projet. Les délais s’expliquent également  «par le fait qu’il s’agit d’un projet atypique qui requiert plusieurs approbations à toutes les étapes, et ce, de différents ministères et instances», avait également indiqué l’arrondissement dans un courriel envoyé à l’Avenir de l’Est en 2017.

Rappelons que l’Arrondissement prévoit, pour 2019, l’installation de jeux d’eau, l’aménagement d’une promenade près de la rive, et la mise en place d’une zone de naturalisation ainsi que d’une jetée qui surplombera le fleuve.

Le fond de décontamination de l’Est en préparation
La Coallition Avenir Québec s’était également engagé à investir 200M$ dans son premier mandat pour la décontamination des sols de l’Est de Montréal, un engagement réitéré par Chantal Rouleau lors d’une conférence de presse en décembre.

« Force est de constater, après concertation avec les partenaires, qu’on va devoir mettre beaucoup plus que les 200M$ promis », admet cependant le chef de cabinet adjoint de Chantal Rouleau.

Christine Fréchette, présidente de la Chambre de commerce de l’est de Montréal, avait entre autres affirmé en octobre dernier qu’il faudrait « au moins le double, peut-être même plus. »

Une première annonce en ce sens devrait être faite bientôt, mais il faudra attendre le premier budget du gouvernement, affirme M. Chartrand, qui ne veut s’avancer sur un montant.

Le gouvernement Legault a annoncé qu’il déposerait son budget le 21 mars prochain.

Selon la Ville de Montréal, dans l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles seulement, environ 219 000 mètres carrés sont à décontaminer. La Ville de Montréal-Est en compte de son côté un peu plus de 1,8 million.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *