Navette fluviale : ni tarifs intégrés ni carte OPUS cette année

Navette fluviale : ni tarifs intégrés ni carte OPUS cette année
Photo: Archives Métro MédiaLes billets seront en vente sur place, et pourront également être réservés et achetés sur le site web de la compagnie Navark, qui a remporté l’appel d’offres pour l’obtention du contrat de service.

La navette fluviale qui reliera Pointe-aux-Tremble au Vieux-Port de Montréal fera bande à part pour sa première année de navigation. Les usagers ne pourront pas utiliser leurs titres de la STM, ni même leur carte OPUS.

Pour transférer à bord de l’embarcation après un voyage en autobus ou en métro, ils devront se procurer un billet supplémentaire auprès de la compagnie qui assurera le service.

L’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), qui gère les titres de transport, a confirmé qu’aucune entente n’a été conclue avec la Société des Traversiers du Québec (STQ), qui supervise le projet.

« Dès janvier, les partenaires ont décidé d’un commun accord de lancer le projet pilote avec une tarification cohérente avec celle du transport en commun, mais indépendante dans son système de perception, et de poursuivre le travail sur l’intégration d’OPUS en parallèle », affirme Fanie St-Pierre, chef des Affaires publiques et communications à l’ARTM.

L’information n’avait toutefois jamais été énoncée aussi clairement, malgré plusieurs questions adressées à différents partenaires à ce sujet dans les derniers mois.

« Un projet pilote, c’est une période qui sert à s’ajuster, à bonifier et à définir les paramètres d’un projet pérenne en fonction de la réponse de la clientèle, explique la ministre déléguée aux transports, Chantal Rouleau. L’objectif est de mettre en place les infrastructures et d’assurer un service fiable d’abord et avant tout, puis de bonifier le service pendant le projet pilote. »

Comme l’on mentionnés plusieurs intervenants, le transfert gratuit vers le réseau serait pourtant un gros avantage pour la réussite du projet. La décision pourrait en effet décourager les usagers réguliers du réseau de la STM d’utiliser le service de navette fluviale s’ils possèdent déjà des titres.

L’objectif reste d’intégrer le réseau de l’ARTM et de pouvoir utiliser la carte OPUS, et des discussions sont en cours pour l’an prochain, a assuré Simon Charbonneau, conseiller aux Affaires publiques et relations médias à l’ARTM.