Criminalité: un bilan positif pour PAT et Montréal-Est, malgré certaines hausses

Criminalité: un bilan positif pour PAT et Montréal-Est, malgré certaines hausses
Photo: Amélie Gamache/Métro MédiaLe commandant Jean-Marc Schanzenbach, en poste depuis juin 2018, a reçu la Croix de la Bravoure en 2013 après avoir risqué sa vie pour secourir deux ambulanciers contre un tireur embusqué.

Les agressions sexuelles et les fraudes déclarées ont connu une hausse significative à Pointe-aux-Trembles et Montréal-Est en 2018, selon le récent bilan annuel du Service de police de la Ville de Montréal. Des chiffres qui démontrent le fruit des efforts de sensibilisation et de prévention davantage qu’une hausse réelle de la criminalité, selon le commandant Jean-Marc Schanzenbach.

Cinquante agressions sexuelles ont été rapportées l’an dernier sur le territoire du poste de quartier 49, une hausse de près du tiers comparativement aux 38 cas déclarés en 2017.

« Dans la foulée du mouvement MeToo, il y a eu plus de dénonciations un peu partout, explique M. Schanzenbach. Chose certaine, nous n’avons pas un prédateur en série, ce sont des actes isolés. »

À l’échelle montréalaise, l’augmentation n’est pourtant que de 2,8%. Une forte augmentation des dénonciations de ce type de crime avait cependant été enregistrée l’année précédente, alors que la hausse était plus modeste à Pointe-aux-Trembles et Montréal-Est.

Alerte à la fraude
Autre fait saillant du rapport : les 183 fraudes déclarées représentent une hausse de 36% par rapport à 2017, un taux quatre fois plus élevé que celui de l’ensemble de l’île.

« Nous avons fait beaucoup de sensibilisation auprès des clientèles plus vulnérables, dont les personnes âgées, alors davantage de victimes reconnaissent et rapportent ces crimes », affirme M. Schanzenbach.

Si les méfaits ont connu une hausse de même ampleur, c’est en partie grâce à la mise en place de la patrouille à vélo et l’ajout de patrouilleurs dans les parcs, ajoute-t-il. Leur présence aurait permis un recensement plus efficace de certaines activités, tels la peinture de graffitis ou l’endommagement de biens publics.

Les infractions liées aux drogues ont de leur côté chuté dans une proportion semblable.  Avec la venue du projet de loi sur la légalisation du cannabis, les policiers ont consacré moins d’efforts sur les dossiers de possession simple.

Un quartier sécuritaire
Sur les 106 tentatives de meurtre dénombrées sur l’île, aucune ne s’est déroulée à Pointe-aux-Trembles et Montréal-Est, alors que l’on en déplorait quatre en 2017. Les voies de fait et les vols qualifiés sont également en légère diminution.

Le commandant se réjouit du « très beau bilan », qui démontre qu’ « on a un des secteurs les plus sécuritaires de Montréal ». Les efforts continuent cet été, alors que les policiers assureront une présence plus soutenue sur le territoire.