Pas de commerces de proximité sur le site du Depotium

Pas de commerces de proximité sur le site du Depotium
Photo: Amélie Gamache / Métro MédiaLe promoteur ira « probablement » uniquement de l’avant avec la réfection du toit, selon la mairesse Caroline Bourgeois.

Le projet de reconstruction du Depotium, l’immense immeuble d’unités d’entreposage situé au 15 949 Sherbrooke Est, est abandonné, suite à l’opposition des citoyens.

Plus de 90 résidents opposés au projet ont signé le registre pour soumettre sa réalisation à un référendum. Devant cette mobilisation, les élus ont pris la décision d’arrêter le processus, convaincus qu’il était voué à l’échec.

« Je suis extrêmement déçue, c’était une offre commerciale intéressante qu’on pouvait développer dans un secteur qui en avait bien besoin, confie la mairesse de l’arrondissement, Caroline Bourgeois. Le Depotium sera toujours là, mais dans un état vétuste. C’est une cicatrice urbaine à l’entrée de la ville qui va rester. »

Rappelons que le projet prévoyait la démolition de l’immeuble existant, et la construction d’un nouveau bâtiment dans lequel de 1000 à 5000 pieds carrés du rez-de-chaussée auraient été consacrés à des commerces de proximité. La demande initiale du promoteur ne prévoyait qu’une réfection du toit; le concept « amélioré », qui incluait également l’ajout d’espaces verts et l’aménagement d’une clôture acoustique en bois, avait été développé après des discussions avec l’arrondissement et différentes rencontres avec les citoyens.

« On a travaillé fort pour des mesures de mitigation, entre autres autour de l’entrepôt qui allait se faire en fond de cour, souligne Mme Bourgeois. Mais les citoyens ont fait valoir leurs droits démocratiques, et nous respectons cela. »

Une dizaine de citoyens se sont présentés à la dernière assemblée publique, en avril dernier. Certains y ont exprimé des inquiétudes face au bruit qui pourrait être généré par l’augmentation de la circulation, et ont manifesté leur désaccord concernant la construction des deux bâtiments complémentaires.