Pointe-aux-Trembles & Montréal-Est

Expédition de voile-avirons vers Québec

Expédition de voile-avirons vers Québec
Photo: Photo: 266e groupe scoutLe groupe de jeunes parcourt plus de 230 km en développant des techniques nautiques. Ils s'assurent aussi de nettoyer les berges où ils s'arrêtent.

L’organisme Les jeunes marins urbains, en collaboration avec le 266e groupe scout de la Pointe de l’Île, font une expédition de voile-aviron jusqu’à Québec. Onze adolescents accompagnés de quatre adultes sillonnent le fleuve dans cette première expérience de voile-camping.

C’est avec enthousiasme que l’organisateur de cette aventure, Yves Plante, s’est adressé au Flambeau avant le grand départ qui avait lieu ce matin, au quai de la Maison Antoine-Beaudry, à Pointe-aux-Trembles. «Des jeunes de 15 à 18 ans, qui partent en camping avec deux petits voiliers, ça semble hautement aventureux», s’exclamait-il, à quelques jours de larguer les amarres.

Avec l’objectif de développer l’autonomie des jeunes scouts ainsi que de se réapproprier l’accès au fleuve, le projet est en branle depuis l’hiver. Impliqués dans toutes les étapes de réalisation, les jeunes ont ainsi préparé eux-mêmes le voyage, que ce soit la logistique ou même la nourriture. L’expédition comprend six escales entre Montréal et Québec, dont Sorel, Trois-Rivières et Portneuf.

Misant aussi sur le travail d’équipe, l’aventure comprend une dimension écologique, les jeunes ayant exprimé le désir que le tout se fasse de façon écoresponsable.

«Les jeunes se sont associés au programme Mission 100 tonnes», révèle M. Plante. Des escales de nettoyage des berges sont incluses dans leur périple, une initiative des participants qui va de pair avec la philosophie du regroupement scout.

Vivre ensemble

Les jeunes ont grandi ensemble dans le 266e groupe scout de la Pointe de l’Île depuis qu’ils ont sept ans. Leur responsable, Marianne Benoit, les accompagne sur l’eau et les a aussi préparés à tous les scénarios possibles. Leur plus grande crainte? «C’est de vivre ensemble, sans arrêt; révèle-t-elle. Ils ont mis sur pied un système s’il y a des frictions, avec un médiateur.» La prévention est aux premières loges pour éviter les accrochages, avec un plan de résolution de conflit. Les jeunes vont aussi faire du yoga chaque matin, pour maximiser la bonne entente entre tous.

La sécurité est aussi au cœur du périple. Deux parents vont suivre les bateaux sur la terre ferme, en camionnette, transportant des vivres et l’équipement de camping. Ils auront la mission d’intervenir en cas d’urgence, dans l’éventualité qu’un pépin survienne.

«Les jeunes tenaient vraiment à partager leur aventure avec la communauté pour montrer qu’il n’y a pas d’âge pour monter des beaux projets comme ça.»

— Marianne Benoit, 266e groupe scout de la Pointe de l’Île

Afin de partager leur expédition, un des jeunes est responsable de la communication et sera actif tout au long de la descente du fleuve Saint-Laurent vers la capitale nationale. Il documentera l’aventure sur les divers réseaux sociaux du 266e groupe scout, sur Facebook et Instagram.

La Corporation des Pilotes du Saint-Laurent s’est associée au projet, qui se déroule du 5 au 11 août, applaudissant ce «projet des plus fous», tel qu’écrit sur une de leurs publications.