Un manque criant de bénévoles pour transporter les aînés

Un manque criant de bénévoles pour transporter les aînés
Photo: Elena Broch/Avenir de l'est

Plus de 40 aînés défavorisés sont sur liste d’attente pour pouvoir bénéficier du service de transport proposé par l’Association bénévole Pointe-aux-Trembles Montral-Est. Un service plus qu’utile aux personnes âgées démunies pour se rendre à leurs rendez-vous médicaux, à frais réduits.

Un manque de forces vives pour accompagner les aînés de Pointe-aux-Trembles et de Montréal-Est à leurs rendez-vous à l’hôpital ou chez les praticiens de santé, pour un prix modique. Cette situation inquiète Louise Croussett, directrice de la structure.

« Il nous manquerait au moins quatre personnes prêtes à donner deux ou trois jours de leur temps par semaine », annonce-t-elle. Pour le moment, l’Association bénévole dispose de 21 chauffeurs, à temps plein et à temps partiel.

Cela n’est pas suffisant pour répondre aux besoins croissants des aînés, « surtout que la population est vieillissante ici à Pointe-aux-Trembles ». Selon Statistique Canada en 2016, les 65 ans et plus représentent 18 % de la population de l’arrondissement Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles. Il était de 15,3% en 2011, toujours selon Statistique Canada.

« Parfois, je ne vais pas au rendez-vous, faute d’argent »

Une population qui vieillit, mais aussi des personnes dont les revenus sont faibles : « On s’adresse aux aînés démunis, isolés, qui n’ont pas la force de prendre le bus ou qui n’ont personne pour les transporter.

Pour eux, prendre un taxi pour se rendre chez le médecin coûte cher, alors sans nous, ils doivent improviser, demander de l’aide aux voisins, à la famille », explique la directrice de l’association. Selon le recensement 2016 de Statistique Canada, 15,8 % des aînés de la Pointe de l’Île ont des revenus faibles et 30,3% vivent seuls.

Plus de 40 aînés sont dans l’attente de ce service de transport. À l’image de Josseline Bouchard, 73 ans, résidente de Pointe-aux-Trembles. Elle a fait un infarctus et doit se rendre au moins une fois par mois à l’hôpital : « Je dois aller voir le cardiologue ou le médecin de famille. J’ai bien un ami pour m’accompagner, mais il n’est pas toujours disponible. Alors j’y vais en taxi. » Josseline accuse un coût de 100 à 150 dollars par mois pour se rendre à l’hôpital. Face à ces dépenses importantes, elle avoue : « Il m’arrive parfois de ne pas me rendre à mes rendez-vous car je n’ai pas l’argent pour payer le taxi. »

D’année en année, Louise Croussett constate la baisse des effectifs. Et les chiffres des rapports d’activité parlent d’eux-mêmes : en 2015-2016, l’association faisait état de 300 bénéficiaires et 44 bénévoles, en 2018-2019, 21 bénévoles pour 210 bénéficiaires. « C’est un cercle vicieux, moins on a de chauffeurs bénévoles, moins on peut aider de bénéficiaires », déplore-t-elle.

Pour pouvoir être bénévole, Louise Croussett et son équipe demandent : « Des personnes avec une voiture, des gens en bonne santé, capables de pousser une chaise roulante et sans antécédents judiciaires [des vérifications sont faites]. » À noter que le budget de l’association prévoit le défraiement des conducteurs.

Le service proposé par l’Association bénévole n’est pas « un simple service de taxi », précise Louise Croussett. « C’est de l’accompagnement à la personne », du véhicule à la porte du lieu de rendez-vous.

Les personnes intéressées peuvent prendre contact avec l’Association des bénévoles PAT-M-E
au 514 645 1264 ou à association.benevole@associationbenevolepatme.ca