Pointe-aux-Trembles & Montréal-Est
18:20 30 mars 2021 | mise à jour le: 2 avril 2021 à 23:42 temps de lecture: 3 minutes

Montréal-Est: un poste col blanc crée des tensions au conseil

Montréal-Est: un poste col blanc crée des tensions au conseil
Photo: Archives/Métro MédiaDe nouvelles tensions ont éclaté au dernier conseil de ville de Montréal-Est.

Invoquant un manque de confiance envers la direction générale de la ville de Montréal-Est, des conseillers de l’opposition ont bloqué la nomination d’une candidate à un poste col blanc lors de la dernière séance du conseil de ville. Une situation que déplore le maire Robert Coutu.

Dès le premier février, l’administration montréalestoise avait affiché le poste d’agent adjoint des services communautaires et des loisirs à la Direction des communications, de la culture et de la communauté. S’en était ensuivie l’analyse de 154 curriculum vitæ et de plusieurs entrevues.

La nomination de la candidate choisie par l’administration devait passer au vote lors du conseil de ville du 17 mars. Or, l’opposition a rejeté cette embauche dans un vote à 4 contre 2.

Interloqué, un citoyen a demandé des explications en période de questions.

La conseillère Anne St-Laurent a justifié sa position par « un manque de confiance en l’administration qui a fait le processus de dotation». Elle a ajouté préférer attendre l’entrée en poste d’un nouveau directeur général de la Ville, ce qui est prévu pour le mois de mai.

En entrevue, Mme St-Laurent a tenu à rectifier le tir. Elle affirme avoir confiance en l’administration montréalestoise, mais pas en la directrice générale de la Ville de Montréal-Est, Josée Guy, responsable de l’affichage du poste. «Je ne comprends pas qu’on ait demandé un certificat en loisirs pour une personne qui est à l’accueil, pour prendre le service aux clients», justifie-t-elle.

«Un geste irrespectueux»

Pour le maire Robert Coutu, il est «incroyable qu’une candidate à la mairie n’ait pas confiance en l’administration», que la conseillère a à son avis éclaboussée lors de la séance.

Il ajoute que l’opposition ne cherche qu’à «bloquer des projets» en vue des élections de novembre prochain, faisant notamment référence à la motion récente de l’opposition bloquant le développement immobilier dans un secteur du centre-ville.

Lors de la séance, Mme St-Laurent a également émis des réserves quant au CV de la candidate retenue par l’administration, qui venait de l’externe. «C’est un geste irrespectueux en pleine séance publique», déplore le maire.

La candidate en question, Cynthia Lafortune, était d’ailleurs présente lors de la séance. Venant d’apprendre que sa candidature avait été rejetée, elle a pris la parole en séance virtuelle, assurant que le processus de dotation avait été conforme.

«Je suis vraiment étonnée de pourquoi ma candidature n’a pas été retenue. Je trouve ça vraiment très dommage et très triste. J’étais très enthousiaste et très motivée à faire partie de votre équipe.»

Un service aux citoyens affecté?

Le maire Robert Coutu dit par ailleurs craindre que la vacance du poste col blanc affecte le service aux citoyens. «Quand vous aurez une requête, ça se peut que ça prenne plus de temps», a-t-il mentionné à l’intention des citoyens lors de la séance.

Pour sa part, Mme St-Laurent affirme ne pas avoir constaté de problèmes avec les requêtes depuis le départ de l’employé à remplacer.

Appelée à réagir, Josée Guy n’a pas souhaité se prononcer.

Une version précédente indique que la nomination du nouveau directeur général de la ville aura lieu en mai. La nomination est plutôt prévue pour avril, pour une entrée en fonction en mai.

Articles similaires