Pointe-aux-Trembles & Montréal-Est

Le volleyball suscite l’engouement à l’école secondaire Daniel-Johnson

David Branco, Sara Dupuis, Gabrielle Cloutier, Frédérik Riel, Lily-Rose Héroux, Maxime Dulong. Photo: Coralie Hodgson/Métro Média

Les adeptes du volleyball sont de plus en plus nombreux à l’école secondaire Daniel-Johnson. L’engouement est si fort que le nombre d’équipes a presque triplé en cinq ans.

En 2016-2017, cet établissement scolaire de Pointe-aux-Trembles ne comptait que trois équipes de volleyball, toutes exclusivement féminines. Aujourd’hui, il en compte huit, dont une pour les garçons. Environ un élève sur 10 pratique désormais ce sport à l’école.

«Ça fait un peu boule de neige pour un sport qui est un peu mal-aimé dans le quartier», observe David Branco, agent de transition-école-famille-communauté et entraîneur de volleyball.

Si dans le passé ce sport intéressait surtout les filles, il attire maintenant plusieurs garçons, observe M. Branco. Il raconte que ce sont des étudiants qui trouvaient ça «sexiste qu’il y a juste des équipes de filles» qui ont demandé la création d’une équipe pour garçons. 

Un sport bénéfique

Maxime Dulong, responsable des sports à l’école secondaire Daniel-Johnson, vante les bienfaits de ce sport. Le volleyball est une source de motivation supplémentaire pour les jeunes athlètes, dans le gymnase comme dans la salle de classe.

Sara Dupuis, élève en secondaire 4, le confirme. Elle est «plus de bonne humeur et plus concentrée en classe» les journées où elle joue au volleyball.

L’esprit d’équipe et les amitiés créées sur le terrain sont aussi importants, comme le mentionne Lily-Rose Héroux, 15 ans. Elle parle d’ailleurs de ses coéquipières comme une «deuxième famille».

Après avoir été tenues longtemps à l’écart du terrain en raison de la pandémie, les joueuses sont enthousiastes de revenir au jeu cette année. «En pandémie, c’était dur, j’étais chez moi sur mon cellulaire, je n’avais rien à faire», soutient Frédérik Riel, une élève en secondaire 3. Même constat pour Gabrielle Cloutier, 15 ans. «J’ai besoin d’évacuer mon stress dans quelque chose et le volleyball, ça m’aide beaucoup.»

Autre avantage non négligeable : l’engouement pour ce sport scolaire aurait motivé plusieurs jeunes à se faire vacciner. «Le passeport vaccinal est requis. Pour nos joueuses, ça a été une source de motivation à se faire vacciner», affirme M. Branco.

Encourager l’implication citoyenne

Alors que le nombre d’adeptes du volleyball augmente, des jeunes de l’école secondaire Daniel-Johnson ont exprimé le souhait d’avoir un nouveau terrain extérieur près de l’école. Appuyés par David Branco, des élèves souhaitent présenter une demande en ce sens au conseil d’arrondissement de Rivière-des-Prairies – Pointe-aux-Trembles.

Vos nouvelles 100% locales, recevez-les chaque jour.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet