Plus de 15M$ d’investissements pour la réfection des rues en 2019 à RDP-PAT

Plus de 15M$ d’investissements pour la réfection des rues en 2019 à RDP-PAT
Photo: Amélie Gamache/Métro MédiaSelon le plan d’intervention de la Ville de Montréal, il y en a environ 50% du réseau routier de RDP-PAT qui assez dégradé et nécessite une intervention. Près de 240km sont à resurfacer ou reconstruire. Sur la photo: Abdelwahid Bekkouche, Caroline Bourgeois et Frédéric Lévesque.

Rattrapage oblige, les travaux routiers se multiplieront encore cet été sur les réseaux local et artériel dans l’arrondissement de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles. La saison des cônes orange s’amorce le 17 juin et pourrait se terminer tout juste avant l’hiver.

Une vingtaine de rues, la majorité à Rivière-des-Prairies, seront touchées.

Trois types d’intervention sont prévues. D’abord, 2,6$M seront consacrés à du resurfaçage (programme PCPR), des opérations qui toucheront 1,4km de chaussée. Cinq tronçons de rues sont visés, dont la 52e Avenue, au nord de la 5e rue, ainsi que la rue Jérome-Lalement et l’avenue Gustave-Franck.

L’arrondissement prévoit aussi des travaux plus importants de reconstruction (programme PRR) sur 13 tronçons de rues, qui totalisent 3km, tous à Rivière-des-Prairies. Les investissements, d’une valeur de 11,5M$, concernent entre autres l’extrémité nord des 38, 39 et 87e avenues, ainsi que l’avenue Pierre-Martin.

« On fait moins de kilomètres de route que l’an dernier, et ça nous coûte aussi cher, remarque Frédéric Lévesque, ingénieur à l’arrondissement. Les secteurs où l’on travaille, il faut descendre plus profond pour enlever les argiles et les silts [NDLR : une formation sédimentaire granuleuse] pour éviter que la route ne se déforme et fissure quand ça gèle en hiver. On peut aller jusqu’à 1,6m de profondeur. »

La moyenne lors de travaux de reconstruction est d’environ 0,85m.

Un réaménagement est également prévu sur un tronçon de la 52e avenue, au coût de 600 000$. Des trottoirs seront ajoutés à proximité du Centre Mainbourg.

L’ensemble des travaux pourrait s’échelonner jusqu’au mois de novembre. Au total, 5km de rue seront en réfection, un investissement de 15M$.

« Il faudra ajouter les coûts du parachèvement des travaux 2018, qui ne sont pas encore comptabilisés, ajoute M. Lévesque. Lorsqu’ils seront ajoutés, les investissements seront équivalents à ceux de l’an passé. »

En 2018, des investissements de 19M$ avaient permis la réfection de 23,7km.

Les travaux sur les rues artérielles
À cela s’ajouteront les travaux réalisés par la Ville-centre, qui mènera 4 chantiers majeurs. Les travaux sur la rue Sherbrooke, entre le boulevard Tricentenaire et la 53e Avenue, ont déjà débuté.

Au cours des prochaines semaines, le boulevard Gouin, qui trône encore cette année en tête du classement des pires routes du Québec, sera l’objet de réfection sur 5,8km, entre la rue Sherbrooke et la 68e Avenue.

Le boulevard Perras sera également reconstruit entre la 6e Avenue et la rue Armand-Bombardier, des travaux qui s’échelonneront pour les deux prochaines saisons estivales. Du resurfaçage est également prévu sur Armand-Bombardier entre les boulevards Perras et Maurice-Duplessis.

Plusieurs entrées de service en plomb seront également remplacées, particulièrement dans le secteur du Vieux-Pointe-aux-Trembles, particulièrement touché par cette problématique.

Entre 2000 et 3000 de ces entrées d’aqueduc sont à remplacer dans l’arrondissement, estime Abdelwahid Bekkouche, chef de la division ingénierie. L’objectif de la Ville est de se débarrasser de toutes les entrées en plomb d’ici 2026, celles-ci représentant un risque sanitaire, puisque du plomb peut se dissoudre dans l’eau lors de fortes chaleurs.

« On compte sur la collaboration et la patience des citoyens, nous sommes conscients que ce sont des travaux majeurs sur des rues locales, mais aussi sur des artères qui sont très empruntées par les citoyens. Mais ça vaut la peine, c’est un rattrapage important dans nos infrastructures. » -Caroline Bourgeois, mairesse de RDP-PAT

Soulignons que les travaux prévus cette année sur le boulevard Saint-Jean-Baptiste, entre les rues Victoria et Notre-Dame, ont été reportés à l’an prochain.

« On voulait optimiser les chances que la première année de la navette fluviale soit une réussite, explique Mme Bourgeois. Accueillir des visiteurs en plein chantier, ce n’est pas idéal. »

Les citoyens résidents dans les rues touchées recevront une lettre avant le début des travaux.