Rivière-des-Prairies
10:06 28 juin 2019 | mise à jour le: 28 juin 2019 à 10:06 Temps de lecture: 3 minutes

Plus de 21M$ pour agrandir deux écoles de RDP

Plus de 21M$ pour agrandir deux écoles de RDP
Photo: Gracieuseté

Le ministère de l’Éducation a annoncé un investissement de 382 millions $ dans le réseau scolaire montréalais afin de pallier au manque de classes dans les écoles. De cet investissement, un peu plus de 21M$ serviront à l’agrandissement de l’école Notre-Dame-de-Fatima et de l’école Marc-Aurèle Fortin, dans Rivière-des-Prairies.

L’école Notre-Dame-de-Fatima reçoit un peu plus de 12M$. Quant à l’école Marc-Aurèle Fortin, c’est une enveloppe de près de 10M$ qui lui est accordée.

Plus du tiers de l’investissement massif du ministère de l’Éducation dans la construction et l’agrandissement d’écoles à Montréal est empoché par la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île (CSPÎ). Quatorze projets soumis au gouvernement provincial ont été retenus, dont ceux de l’agrandissement des écoles Notre-Dame-de-Fatima et Marc-Aurèle Fortin, pour un total de 105M$.

Le président de la CSPÎ, Miville Boudreault, a souligné que les investissements «témoignent du sérieux du ministre» concernant «l’accroissement fulgurant du nombre d’élèves» sur son territoire.

«Le gouvernement a reconnu les besoins urgents de la CSPÎ en matière d’espace et de locaux scolaires.»

Miville Boudreault, président de la CSPÎ

Selon la CSPÎ, l’échéancier des travaux est variable en fonction des projets, mais elle indique que pour plusieurs d’entre eux, les plans et devis sont amorcés. Ces projets déjà sur les rails seraient achevés pour la rentrée 2021.

Ajout de plusieurs classes

Les agrandissements, contrairement aux nouvelles constructions, «permettent de trouver des places rapidement», explique la CSPÎ. Au primaire, les agrandissements ajouteront de 6 à 12 classes, comparativement à 30 pour le secondaire.

Deux constructions seront effectuées dans d’autres arrondissements desservis par la même commission scolaire, dont une nouvelle école primaire à Montréal-Nord, près de la frontière prairivoise, pour laquelle la CSPI est toujours en quête d’un terrain.

« Après plusieurs discussions avec l’arrondissement, il est difficile de trouver un terrain adéquat pour accueillir une école primaire », souligne Valérie Biron, directrice Services corporatifs, communications et secrétariat général à la CSPI.

« Nous sommes en discussions pour acquérir un terrain dans un nouveau développement domiciliaire sur Albert Hudon », ajoute-t-elle.

La CSPÎ a accueilli 3 500 élèves additionnels au cours des 18 derniers mois, en plus de sa clientèle régulière de 45 000 élèves. M. Boudreault souligne que cette augmentation est due à la baisse du nombre d’élèves par classe découlant de la hausse de la défavorisation, l’augmentation d’élèves présentant des troubles du spectre de l’autisme, le développement résidentiel ainsi que l’arrivée de familles immigrantes.

D’autres annonces sont attendues par la CSPÎ concernant les maternelles 4 ans.

 

En collaboration avec Delphine Bergeron.

Articles similaires