RDP-PAT renouvelle son contrat avec la SPCA

RDP-PAT renouvelle son contrat avec la SPCA
Photo: ArchivesUn couple de chats peut générer en quatre ans 20 000 descendants. Une chatte peut connaître deux grossesses par année et peut se reproduire dès ses six mois avec entre quatre et dix petits par portée.

La convention pour le programme de capture, stérilisation, relâche et maintien (CSRM) des chats est renouvelée entre la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) et l’arrondissement de Rivière-des-Prairies – Pointe-aux-Trembles, avec une somme de 22 000 $ pour l’année.

Grâce à l’implication de nombreux citoyens de RDP-PAT auprès des chats errants, le programme de la SPCA a été reconduit pour une nouvelle année. Cette action permet aux citoyens qui s’occupent des chats errants, en les nourrissant et leur offrant un endroit où se réfugier, de faire stériliser ces félins gratuitement à la SPCA de Montréal.

Depuis la mise en place du programme dans Rivière-des-Prairies – Pointe-aux-Trembles, il y a eu 136 interventions auprès des chats errants, peut-on lire dans un document transmis par l’arrondissement. Plus précisément, il y a eu 65 castrations, 63 hystérectomies et 8 euthanasies. À cela s’ajoutent 14 interventions de stérilisation qui ont eu lieu durant le mois de juin, et qui ne figuraient pas dans la plus récent document municipal, précise Élise Desaulniers, directrice générale de la SPCA de Montréal.

Le programme a vu le jour dans le quartier en juillet 2018, après que des citoyens aient présenté une pétition aux élus lors du conseil d’arrondissement du 4 juin. La somme de 10 000 $ avait alors été allouée pour cette convention avec la SPCA.

Huit mois plus tard, en mars 2019, une somme additionnelle de 12 000$ a finalement été requise pour supporter l’entente avec la SPCA de Montréal, « car il était difficile de prévoir le nombre de gens qui allaient s’impliquer et combien chats allaient être amener à la SPCA », explique Carl Beaulieu, chef de division, permis et inspection pour l’arrondissement de Rivière-des-Prairies – Pointe-aux-Trembles.

Les « trappeurs » de RDP-PAT

Les résidents qui veulent participer à l’initiative doivent se faire attribuer le titre de « trappeur » par l’arrondissement, ajoute M. Beaulieu.

Rivière-des-Prairies – Pointe-aux-Trembles compte « 25 personnes d’impliquées » et « une seule personne a fait 55% des entrées » des chats dans le cadre du programme, confie la directrice de la SPCA de Montréal.

N’ayant pas eu dénombrement officiel de chats errants dans l’arrondissement avant le lancement du programme, « durant la première année, on ne peut pas constater la diminution », explique le chef de division de RDP-PAT. Selon des discussions qu’il a tenues avec la SPCA, il faudrait attendre trois ans pour voir des changements.