Rivière-des-Prairies
10:39 1 mai 2020 | mise à jour le: 1 mai 2020 à 10:39 temps de lecture: 3 minutes

Hausse des cas dans RDP : le non-respect des consignes en cause, selon plusieurs

Hausse des cas dans RDP : le non-respect des consignes en cause, selon plusieurs
Photo: Josie Desmarais / Métro MédiaLes règles de distanciation physique concernant la pandémie de COVID-19 sont affichées dans le parc La Fontaine

L’augmentation du nombre de cas de coronavirus dans Rivière-des-Prairies inquiète, mais ne surprend pas dans ce quartier qui est devenu l’une des zones chaudes de la métropole.

Officiellement, les interventions policières pour faire respecter les mesures d’urgence sont peu nombreuses. Depuis le début du confinement, il n’y a eu que 32 constats d’infraction et 10 rapports d’infractions remis au DPCP, et ce pour l’ensemble de l’arrondissement de Rivière-des-Prairies – Pointe-aux-Trembles.

Cependant, «ce nombre ne représente pas vraiment la réalité terrain», avoue le commandant Marin, chef du poste de quartier 49 et 45.

Les agents du Service de Police de la Ville de Montréal (SPVM) donnerait en fait «beaucoup d’avertissements auprès de personnes dans les parcs et sur certains appels logés au 911».

Inquiétudes

Malgré ces interventions, la propagation du coronavirus se confirme de plus en plus dans Rivière-des-Prairies. En date du 27 avril, on recense 908 cas positifs dans l’arrondissement.

«La santé des citoyens de Rivière-des-Prairies est attaquée par ce virus invisible, et pourtant on n’a pas l’impression d’être dans un quartier en confinement. Ça montre que les gens ne comprennent pas encore la situation», soutien Pierreson Vaval, directeur de l’organisme Équipe RDP.

Selon lui, cette situation serait notamment dû à une mauvaise compréhension des indications du gouvernement.

«Tout le discours politique en lien avec la santé et les mesures ou la réouverture, c’est un tourbillon d’informations que la population ne comprend pas», explique-t-il. En sillonnant le quartier, il a pu voir de nombreuses personnes se promener en groupe et se rassembler, notamment à Pâques.

Il juge qu’un gros travail de vulgarisation devra se faire au cours des prochains jours et des prochaines semaines.

Contournement des règles

«Beaucoup de citoyens ne prennent pas au sérieux les mesures d’hygiène et de sécurité», avance Luisa Longo, directrice des épiceries Intermarchés Lagoria. Elle ajoute ne pas être surprise par l’augmentation des cas dans le nord-est de la ville.

Depuis plusieurs semaines, elle constate que beaucoup de clients ne respectent ni les règles du gouvernement ni les recommandations faites à l’entrée de ses magasins.

«On a beaucoup de gens qui viennent encore à deux, souvent des personnes âgées. On leur dit qu’il n’y en a qu’un qui peut entrer, alors l’autre recommence à faire la file pour pouvoir entrer après», explique-t-elle.

Les employés seraient impuissants face à ces situations.

«Les gens deviennent de plus en plus agressif, on ne peut rien leur dire, ni même leur demander de respecter les règles de distanciation dans le magasin», confie Mme Longo, découragée.

Les organismes restent à l’affût

Du côté de la Corporation de développement communautaire de Rivière-des-Prairies (CDC-RDP), on dit rester à «l’affût des nouvelles préoccupations qui pourraient apparaître chez la population et les groupes du quartier». Pour le moment, les organismes qui offrent du soutien social ne sont pas encore inquiet de la hausse de cas dans Rivière-des-Prairies, indique Karine Tremblay, agente de liaison pour la CDC-RDP.

Elle estime cependant que le manque d’information concernant la contamination communautaire dans le quartier et les secteurs voisins, comme Montréal-Nord, risque de susciter de nombreuses inquiétudes.

Articles similaires