Rivière-des-Prairies

Fusillade: Rivière-des-Prairies sous le choc

La mairesse de Rivière-des-Prairies—Pointes-aux-Trembles Caroline Bourgeois et l’inspecteur du SPVM David Shane en conférence de presse au lendemain d’une nouvelle fusillade qui a couté la vie à trois personnes et blessé deux autres dans un quartier résidentiel de RDP-PAT. Photo: Yohann Goyat/Métro Média

La dernière fusillade qui a coûté la vie à trois personnes et en a blessé deux autres dans un secteur résidentiel de RDP a provoqué une réelle onde de choc dans tout le quartier. La violence par armes à feu est désormais très préoccupante. Les élus et toute la communauté disent stop.

La violence par armes à feu a franchi un cap. Rivière-des-Prairies a de nouveau été le théâtre d’une sanglante fusillade en plein jour. C’est tout une communauté et un quartier touchés et ébranlés par cet énième acte de violence.

«C’est terrifiant et très préoccupant», a déclaré Caroline Bourgeois, mairesse de Rivière-des-Prairies—Pointe-aux-Trembles au lendemain de la fusillade.

La mairesse s’est dite choquée et troublée par ce nouvel évènement et affirme haut et fort que les armes n’ont pas leurs places dans le quartier.

Marc Tanguay, choqué également par ce nouveau geste criminel, tient à souligner l’importance du travail des intervenants tout en précisant qu’il faut décloisonner les approches.

«La communauté ne peut plus rester spectatrice. C’est tous ensemble que nous arriverons à sortir de cette impasse.»

Pierreson Vaval, directeur de l’organisme jeunesse Équipe RDP

Les organismes, les élus et la police doivent désormais tous travailler ensemble dans la même direction», déclare le député de LaFontaine à l’Assemblée nationale.

Giovanni Rapanà, conseiller de ville du district de RDP, sous le choc au lendemain de l’évènement se dit préoccupé par l’escalade de la violence dans le milieu de vie qu’il habite. «C’est un quartier familial ici, des enfants étaient encore dehors à cette heure-ci. Il faut agir vite», a-t-il affirmé.

Des organismes soudés

Plusieurs organismes jeunesses se sont réunis le jeudi devant la bibliothèque de RDP afin de faire valoir la paix à Rivière-des-Prairies. Constane Vincent, directrice de la Maison des jeunes de RDP, tenait à être présente afin d’exprimer le souhait de paix et de sécurité dans le quartier.

«Les jeunes et leurs parents ont peur. Une crainte s’installe partout et le travail de nos intervenants est plus important que jamais», affirme-t-elle.

L’Équipe RDP, qui œuvre chaque jour auprès des jeunes aussi est particulièrement touché par cette fusillade. Certaines victimes étaient connues de l’organisme.

«C’est un tremblement de terre pour toute la communauté. La violence a atteint des sommets, cela rappelle à quel point c’est grave ce qu’il se passe sur le terrain, lance d’un ton lourd Pierreson Vaval, directeur de l’organisme. Tout un travail reste à faire auprès de notre jeunesse pour que la violence ne soit pas une option pour nos jeunes».

Si toute la classe politique s’est dite choquée par un tel évènement, pour les intervenants et le directeur d’Équipe RDP, cet acte de violence ne les surprend pas.

«Nous tirons la sonnette d’alarme depuis bien longtemps. Les intervenants œuvrent au quotidien auprès des jeunes. Ils savent mieux que quiconque ce qui s’y passe», mentionne M. Vaval.

Articles récents du même sujet