Rivière-des-Prairies

«Il n’y a pas assez de choses pour maintenir les gens à RDP», croient des gens d’affaires

Antonio De Stefano et Andrew Moubarak, membres du conseil d’administration de l’Association des gens d’affaires de RDP.
Antonio De Stefano et Andrew Moubarak, membres du conseil d’administration de l’Association des gens d’affaires de RDP. Photo: Clément Bolano, Métro Média

«Ça fait 33 ans que j’habite ici, et je ne connais pas tout ce qu’il y a [dans le district]. Boulangerie, magasins de vêtements, on a tellement de beaux [commerces] et les gens ne le savent pas», confie Andrew Moubarak.

C’est en partie ce constat qui a motivé ce courtier immobilier, Prairivois de longue date, à se lancer dans la création de l’Association des gens d’affaires de Rivière-des-Prairies, en compagnie de plusieurs partenaires.

Son objectif était clair dès le début, en octobre 2020: rassembler et mettre en lien les entrepreneurs de RDP, et stimuler l’économie locale. Une mission pas forcément évidente en pleine pandémie.

«On ne pouvait pas faire tout ce que l’on voulait: des 5 à 7, du réseautage», explique M. Moubarak.

Pour se relancer, maintenant que le plus gros de la crise sanitaire est derrière nous, l’Association des gens d’affaires de RDP prévoit créer un site internet, qui devrait être fin prêt cet été.

Comme l’explique Antonio De Stefano, restaurateur et membre du conseil d’administration de l’organisme, le site web sera une vitrine pour les entreprises membres – un espace publicitaire, en quelque sorte.

Il permettra ainsi aux habitants de prendre connaissance de ce qui se trouve autour d’eux. Car les deux hommes sont conscients qu’il existe un important roulement de familles dans le quartier.

Le courtier immobilier en sait quelque chose. «Il n’y a pas assez de choses pour maintenir les gens ici», estime-t-il.

Des rencontres entre commerçants

L’Association des gens d’affaires veut justement «se donner les moyens de faire des choses» dans RDP.

Forte du soutien de l’arrondissement, elle va relancer l’événement RDP en folie, qui avait fait sa première édition l’an dernier. Le 13 août, l’Association prévoit ainsi une grande foire commerciale. «On essaie d’avoir un live band», ajoute Antonio.

Les deux hommes attendent également «que les grosses [entreprises] de RDP» se joignent à eux. «Les Maxi, Canadian Tire, Pharmaprix, les banques… On aimerait qu’ils communiquent avec nous», insiste le restaurateur.

Un financeur serait par ailleurs le bienvenu pour soutenir RDP en folie. «On a besoin que la communauté soit solidaire et que ceux qui ont des fonds nous appellent», poursuit celui qui veut depuis des années «faire un tournoi façon Mario Kart dans les rues».

Les idées ne manquent pas. Les activités vont se multiplier pour que les commerces prairivois «se sentent interpellés». Des événements «réseautage» auront notamment lieu afin que les «membres puissent partager leurs idées» entre eux. L’Association des gens d’affaires sait qu’elle peut compter sur l’arrondissement, qui lui prêterait le chalet du parc Armand-Bombardier pour cela.

Surtout, elle veut «donner de la voix aux commerçants», une mission qui ne fait que commencer.

L’importance du REM de l’Est

Andrew Moubarak et Antonio De Stefano considèrent la question de la mobilité comme primordiale pour l’activité économique locale.

Si le sujet n’est pas nouveau, ils souhaitent que tous les habitants se mobilisent sur la question.

«Des gens ne viennent pas vivre ici, car ils n’ont pas d’auto», explique le premier, courtier immobilier de métier. Car pour beaucoup d’habitants, il faut parcourir plus d’un kilomètre pour trouver un petit commerce. Alors, beaucoup prennent leur voiture pour aller directement aux Galeries d’Anjou, par exemple, au détriment de l’économie locale.

«Avec le REM, il y aurait une augmentation de population et de l’achalandage. Cela entraînerait plus d’achat local, plus d’argent pour les commerces, donc, plus de variété de produits», énumère Andrew, qui voit là un véritable cercle vertueux.

Les deux hommes veulent mobiliser la population pour lui faire prendre conscience de l’importance d’avoir le REM à Rivière-des-Prairies.

«On aimerait faire un événement fin juillet. On pourrait par exemple bloquer une rue, amener des casseroles», lance Antonio.

Vos nouvelles 100% locales, recevez-les chaque jour.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet