Rivière-des-Prairies

Basketball: un nouveau gym pour aider les jeunes à réaliser leurs rêves

Le gymnase est situé au 11636, boulevard Rivière-des-Prairies.
Le gymnase est situé au 11636, boulevard Rivière-des-Prairies. Photo: Clément Bolano, Métro Média

Un tout nouveau gymnase destiné aux jeunes talents du basketball montréalais vient de voir le jour dans le quartier de Rivière-des-Prairies. Il a été construit par le Canada Elite Montréal, un tout nouveau club qui donne l’espoir à de nombreux jeunes de marcher un jour sur les parquets de la NBA.

«On est une branche d’un club sportif de Toronto affiliée à [la] Under Armour [Association]», explique l’entraîneur et directeur, Raynaldo Jeudy.

Canada Elite se décrit sur son site internet comme un «incubateur pour les joueurs de basketball qui ont besoin d’un soutien scolaire et sportif pour atteindre leur plein potentiel». À travers la Under Armour Association, les joueurs participent à des rencontres sportives non seulement au Canada, mais aussi aux États-Unis.

«On joue contre d’autres programmes pendant l’été. On a fait une première session au New Jersey, une deuxième à Philadelphie, puis une troisième en Indiana», relate M. Jeudy.

Les jeunes ont alors joué sur le terrain des Pacers, le jour même où le club américain repêchait le Montréalais Bennedict Mathurin. De quoi faire rêver ces basketteurs de 13 à 15 ans.

«Il y a une émergence de talents. Les jeunes peuvent se faire voir en sol américain», confie M. Jeudy.

Des chasseurs de talents sont souvent présents dans ce genre de tournois, ce qui permet aux joueurs de se faire repérer et de peut-être arriver ainsi en NCAA (National Collegiate Athletic Association), et pourquoi pas un jour en NBA. Cela a déjà été le cas pour plusieurs membres de Canada Elite à Toronto, à l’instar de Nickeil Alexander-Walker, repêché en 17e position par les Pelicans de New Orleans en 2019.

«[À Toronto], ils ont 20 ans d’avance par rapport au Québec. Il y a plein d’emplacements comme ça où ils développent les jeunes», commente l’entraîneur âgé de 30 ans.

Dans une église

Le gymnase qui vient de voir le jour à RDP se situe… dans une église! Le pasteur de la paroisse haïtienne Puissance de la Parole qui Délivre a gracieusement donné une partie de ses locaux pour la réalisation de ce projet.

«Pour lui, les jeunes sont l’avenir de demain. […] Un emplacement pour que les jeunes viennent s’entraîner à n’importe quelle heure, c’est quelque chose qui manquait dans le quartier», estime M. Jeudy.

«Je n’ai jamais eu un truc comme ça à RDP. Si, dans ma génération, on avait eu un local comme ça, où tu es encadré, ça aurait changé beaucoup la dynamique», ajoute-t-il.

Il explique que beaucoup de basketteurs se déplacent vers le centre et l’ouest de l’île pour jouer «parce qu’il n’y a rien dans l’est».

Joshua, 13 ans, au côté de l'entraîneur et directeur Raynaldo Jeudy.
Joshua, 13 ans, au côté de l’entraîneur et directeur Raynaldo Jeudy. Photo: Clément Bolano/Métro Média

Le gymnase étant ouvert 24h/24, 7 jours sur 7, il suffit aux jeunex talents de demander à un des quatre entraîneurs de les accompagner, seuls ou en groupe, pour parfaire leur technique.

«Tu ne peux pas espérer exceller à un haut niveau si tu ne mets pas le nombre d’heures dans l’entraînement», décrit celui qui coache des basketteurs depuis huit ans dans le district, à l’école secondaire Jean-Grou notamment. Les joueurs peuvent ainsi s’entraîner en tout temps, ce que les heures d’ouverture des écoles ne permettent pas.

Joshua, un jeune de 13 ans, confirme que cela «change la manière dont tu peux t’entraîner».

Un cadre pour les jeunes

Au-delà de sa vocation sportive, le gymnase de Canada Elite Montréal permet aux jeunes d’évoluer dans un cadre.

«On a un petit local où ils viennent faire leurs devoirs», indique le directeur. Et tant que les devoirs ne sont pas finis, impossible d’accéder au terrain. Une façon d’«encadrer l’enfant, lui montrer une certaine discipline. Quand il rentre à la maison, il est trop fatigué pour aller faire des conneries», sourit M. Jeudy.

«J’ai été jeune aussi, puis le manque de trucs à faire faisait que je ne m’occupais pas d’une bonne façon, [en ne prenant] parfois pas les bonnes décisions. Le rêve est possible. Il faut juste outiller l’enfant pour qu’il puisse l’atteindre. Même s’il ne va pas en NBA, il fera au moins l’université», poursuit-il.

Avant de pouvoir accéder au terrain, lors des périodes scolaires, les jeunes basketteurs doivent faire leurs devoirs.
Avant de pouvoir accéder au terrain, lors des périodes scolaires, les jeunes basketteurs doivent faire leurs devoirs. Photo: Clément Bolano/Métro Média

Pendant l’été, le gymnase fonctionne comme un camp sportif pour les jeunes de Canada Elite Montréal pendant la semaine. La fin de semaine, ces derniers voyagent en Ontario ou aux États-Unis pour affronter d’autres équipes. Ils sont directement financés par les entraîneurs ainsi que par quelques contributions de parents et une petite aide financière de l’ONBL Les Ballons Intensifs.

C’est donc à la générosité d’un trentenaire et d’un pasteur que l’on doit la création de cet incubateur de jeunes talents montréalais. «Ça aurait été vraiment super d’avoir de l’aide financière», admet le Prairivois.

Le club accueille 60 jeunes et a déjà reçu plus de 150 demandes. Et si le projet a pris plus d’ampleur que ce qu’il imaginait, Raynaldo Jeudy en est fier.

«C’est sur que c’est fatigant, mais le résultat, ce que ça donne aux jeunes, en vaut la peine.»

Vos nouvelles 100% locales, recevez-les chaque jour.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet