Montréal-Nord

Bennedict Mathurin dans la NBA: une grande fierté pour Montréal-Nord

Bennedict Mathurin en train de lancer le ballon vers le filet.
Bennedict Mathurin faisait partie des quinze favoris en vue du repêchage. Photo: Marc-Grégor Campredon, Wikimedia Commons.

Choisi au 6e rang du repêchage par les Pacers de l’Indiana, Bennedict Mathurin fait la fierté de ceux qui l’ont vu grandir. Un groupe d’enseignants et d’ex-membres du personnel de l’école Adélard-Desrosiers s’est même rendu à Brooklyn jeudi pour encourager l’athlète de 20 ans. «Nos cœurs battaient très fort dans le Barclays Center», témoigne l’ex-directrice de cette école primaire de Montréal-Nord, Monique Desrosiers.

«On voulait démontrer qu’on était là dès les premiers instants et qu’on serait toujours derrière lui», a expliqué Mme Desrosiers en entrevue téléphonique avec Métro.

Elle a connu Bennedict Mathurin à la maternelle et l’a vu évoluer jusqu’à ce qu’il entre au secondaire. Comme sa sœur Jennifer et son frère Dominique, le jeune Bennedict avait une passion pour le basketball. Déjà enfant, il était «très habile», se souvient-elle.

Pour canaliser l’énergie des petits «artistes du ballon», l’école avait créé, après les Fêtes, une équipe de basketball pour les plus jeunes, une tradition qui est restée depuis. À sept ans, Bennedict était le plus jeune du groupe. S’il s’est rendu aussi loin, c’est grâce à son «travail acharné» et sa «très grande résilience», croit Mme Desrosiers.

On voulait que les enfants deviennent des bonnes personnes. Quand je regarde l’attitude de Bennedict, sa façon de parler aux journalistes, je pense qu’il n’oublie pas sa petite école Adélard et son arrondissement de Montréal-Nord. […] C’est une grande fierté de voir un ancien élève s’épanouir et arriver à d’aussi hauts sommets.

Monique Desrosiers, ex-directrice de l’école Adélard-Desrosiers

Ancré dans la communauté

Bennedict Mathurin est le troisième Nord-Montréalais à rejoindre les rangs de la NBA, après Chris Boucher et Luguentz Dort.

En conférence de presse en vue du repêchage, le basketteur s’est montré très attaché à l’arrondissement où il a grandi. Il a affirmé vouloir aider d’autres jeunes du quartier à poursuivre le sport.

Pour la mairesse de Montréal-Nord, Christine Black, il s’agit d’une preuve vivante que les jeunes de Montréal-Nord peuvent aller loin.

«Il démontre ce qu’on voit chez beaucoup de nos jeunes: de la persévérance, de l’engagement, de la résilience», a soutenu l’élue d’Ensemble Montréal en entrevue par visioconférence. Il faut dire que le jeune Bennedict ne l’a pas toujours eu facile. En 2014, son frère aîné Dominique est mort dans un accident de vélo. Un accident qui avait créé «une onde de choc» dans la communauté, se souvient Mme Black.

C’est un jeune ancré dans la communauté, qui a Montréal-Nord tatoué sur le cœur. Il est fier de venir de Montréal-Nord et porte ce message-là au plus haut niveau. C’est vraiment extraordinaire.

Christine Black, mairesse de Montréal-Nord

Une inspiration

«C’est inspirant. On s’attendait à ce qu’il sorte parmi les douze premiers. On a vu son jeu pendant le tournoi de March Madness. Le repêchage, c’est juste une confirmation», a pour sa part réagi Jude-Alain Mathieu, directeur de Nos jeunes à cœur, un organisme qui emploie notamment le sport pour aider les jeunes adultes à s’épanouir.

«Sur les quelques joueurs québécois de la NBA, il y en a trois de Montréal-Nord. Je me dis “wow, il y a quelque chose là-dedans”. Ça montre qu’il y a du talent et nous, ça nous motive encore plus à le développer ,ce talent-là », a-t-il dit.

Vos nouvelles 100% locales, recevez-les chaque jour.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet