Rivière-des-Prairies
21:38 7 juillet 2015 | mise à jour le: 8 juillet 2015 à 08:39 Temps de lecture: 2 minutes

Séance du conseil houleuse à Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles

Séance du conseil houleuse à Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles
Photo: Jean-Marc Gilbert/TC Media

La dernière séance du conseil d’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles avant la saison estivale a dégénéré, mardi soir, alors qu’une escarmouche a éclaté entre des cols bleus et un attaché politique de l’arrondissement.

Un citoyen de l’arrondissement et conseiller syndical pour le syndicat canadien de la fonction publique, Pierre-Guy Sylvestre, s’est présenté au micro pour poser une question à la mairesse Chantal Rouleau.

La mairesse avait répondu à de nombreuses questions de représentants syndicaux d’employés municipaux au cours de la séance. Elle a répondu une première fois à M. Sylvestre, mais lorsque celui-ci s’est montré insistant, la mairesse lui a demandé de quitter la salle et a demandé qu’on ferme le micro.

Les employés municipaux, autant cols bleus que cols blancs, ont chahuté avant de quitter en bloc.

Avant que les employés municipaux quittent la salle, l’attaché politique au cabinet de la mairesse Rouleau, Sébastien Otis, qui prenait des photos avec son cellulaire, a eu un accrochage avec un col bleu, ce qui a forcé la mairesse Rouleau à suspendre la séance momentanément.

«On a voulu m’arracher mon téléphone cellulaire des mains parce que je prenais des photos. J’ai seulement insisté pour qu’on me rende mon appareil», explique M. Otis.

Appelé à commenter l’incident, M. Sylvestre n’a pas voulu s’étendre sur le sujet. «Nos gens sont émotifs parce que les cols bleus sont mécontents. Est-ce que [Denis] Coderre essaye d’imposer sa vision aux arrondissements? C’est un peu notre impression, puisqu’on s’entend bien, habituellement, avec la direction de l’arrondissement», indique-t-il.

M. Otis a dit qu’il allait réfléchir à l’idée de déposer une plainte contre celui qui a voulu lui arracher son téléphone des mains.

L’incident a duré environ cinq minutes. Malgré la vive tension, les policiers n’ont pas eu à intervenir.

Articles similaires