Pointe-aux-Trembles & Montréal-Est

Près de 150 arbres seront abattus à RDP-PAT

Photo: Samantha Velandia/TC Media

D’ici les deux prochaines semaines, environ de 150 arbres seront abattus dans les terrains de lignes de transport à haute tension d’Hydro-Québec entre le boulevard Henri-Bourassa et la rue Notre-Dame dans l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles.

Les résidents ont été avisés des coupes imminentes la semaine dernière. L’annonce a d’ailleurs semé une certaine inquiétude dans le voisinage.

«Je trouve cela décevant qu’on coupe des beaux arbres en santé alors qu’ils ne nuisent à personne», déplore un résident du secteur dont la cour est adjacente au terrain d’Hydro-Québec.

La sécurité, avant tout
Du côté d’Hydro-Québec on indique que ces travaux de maîtrise de la végétation sont effectués afin d’assurer la sécurité du public et d’éviter les pannes d’électricité.

«Nous devons procéder à la coupe de ces arbres en raison de leur hauteur et du fait qu’ils entrent dans la zone de dégagement sécuritaire du réseau d’électricité, explique Jean-Philippe Rousseau, porte-parole d’Hydro-Québec. Le but n’est pas de détruire toute la végétation autour, mais il s’agit d’une ligne électrique avec des fils de 315 000 à 735 000 volts. C’est très dangereux alors nous prenons la sécurité très au sérieux.»

Selon M. Rousseau, les essences d’arbres à grand déploiement tel que les peupliers, les frênes et les érables qui atteignent une hauteur de 2.5 mètres, doivent être abattus.

«Lorsqu’un arbre pousse trop près d’une ligne, un arc électrique peut se produire et causer des graves blessures à quiconque se trouve à proximité ou même déclencher un incendie. De plus, dans ce cas, l’élagage de branches n’est pas suffisant car il s’agit d’une ligne à haute tension», explique le porte-parole.

Il indique qu’il est toujours possible pour les citoyens d’aménager leurs cours, mais qu’il est nécessaire de consulter Hydro-Québec au préalable afin de s’assurer de la conformité de la végétation plantée

Finalement, il rappelle qu’une entente entre la Ville de Montréal et Hydro-Québec permettra à la municipalité de bénéficier des sommes de l’ordre de 1,5 M$ d’ici les trois prochaines années afin de procéder au verdissement de quelques secteurs de la ville.

Articles récents du même sujet