Rosemont
15:33 10 avril 2020 | mise à jour le: 10 avril 2020 à 15:33 temps de lecture: 3 minutes

Les organismes de Rosemont s’attendent à une explosion des demandes

Les organismes de Rosemont s’attendent à une explosion des demandes
Photo: ArchivesDes denrées alimentaires sont distribuées gratuitement aux Lachinois dans le besoin au Chalet du parc LaSalle de Lachine.

Les organismes communautaires de Rosemont se préparent à recevoir une vague d’appels à l’aide, surtout en matière de sécurité alimentaire. Pour y répondre, des dizaines d’intervenants se mobilisent.

«Avec nos prévisions, on s’attend à recevoir trois fois plus de demandes qu’à l’habitude», soutient Magali Vaidye, agente de développement à la Corporation de développement communautaire (CDC) de Rosemont.

Avant le début de la pandémie de coronavirus, c’est à peu près 400 personnes dans le quartier qui faisaient appel à une forme de dépannage alimentaire par année.

Cette estimation n’inclut pas les Rosemontois qui participaient aux diverses activités de cuisines et de jardins collectifs, ou qui fréquentaient les popotes roulantes.

Ce sera plutôt plus d’un millier de citoyens qui auront besoin d’une forme de soutien alimentaire durant la prochaine année.

Malgré tout, les organisateurs communautaires gardent le moral.

«Ce qui me fait halluciner dans toute cette histoire de pandémie, c’est de voir comment les organismes restent solidaires. Ils ont vraiment poursuivi le réflexe de travailler ensemble», affirme Mme Vaidye.

«Depuis le début, on repense nos services presque quotidiennement pour parer à la demande. Quand on fait des réunions virtuelles à 40 intervenants sur Zoom, ça nous encourage beaucoup», lance pour sa part Julie Poirier, directrice générale à Bouffe-Action de Rosemont.

Initiatives

L’organisme en sécurité alimentaire s’est récemment transformé en centre de logistique pour les nombreux petits comptoirs de dépannage sur le territoire, ces derniers étant submergés par le travail.

«Plusieurs de ces petits groupes étaient déjà fragiles avant la COVID-19. Avec la fermeture des églises et la mise en confinement des personnes de plus de 70 ans, ces organismes ont perdu leurs lieux de distribution et des bénévoles.» – Magali Vaidye, agente de développement à la Corporation de développement communautaire (CDC) de Rosemont.

Parmi ceux qui ont pu poursuivre leur mission, la demande a explosé.

L’Église Évangéliste baptiste ouvrait son comptoir alimentaire précédemment deux fois par mois, desservant 60 personnes. Au dernier décompte, c’est plutôt 167 individus qui avaient fait appel à ce service d’urgence.

«On a décidé de leur offrir un soutien logistique au lieu de lancer un nouveau programme de notre côté, parce que les personnes connaissent déjà ces ressources», insiste Mme Poirier.

En plus de l’Église baptiste, l’Armée du salut, la Société Saint-Vincent de Paul, Entraide Saint-Esprit et l’Église Méthodiste Libre sont tous aux premières lignes du combat.

Pour sa part, Bouffe-Action leur offre du soutien au transport des marchandises, à l’entreposage et à la livraison.

De plus, le groupe prévoit prochainement mettre en place un service de plats préparés livrés à domicile pour les personnes qui n’ont pas les moyens de faire appel à la popote roulante locale. Ce projet devrait être lancé dans les prochaines semaines, soutient Mme Poirier.

Une liste détaillée de l’état actuel des services communautaires est disponible sur la page internet de la CDC de Rosemont.

Articles similaires