Rosemont

Montréal rejette la nouvelle carte des CDEC et CLD

Photo: Archives Métro

Denis Coderre et les 19 maires d’arrondissements se sont réunis, ce vendredi, pour discuter de l’avenir des 18 Corporations de développement économique communautaire (CDEC) et Centres locaux de développement (CLD) de Montréal. Au menu de la rencontre, la nouvelle carte du développement économique local, défini dans le projet de loi 28.

«Le rejet de ce découpage a été unanime, explique François Croteau, maire de Rosemont– La Petite-Patrie. Les propositions de Québec ne tiennent pas compte des réalités montréalaises.»

Le projet de loi 28, qui découle de la signature du pacte transitoire entre le gouvernement provincial et les villes de Montréal et Québec, prévoit six nouveaux territoires géographiques et demande de «maintenir un point de service» dans chacun d’entre eux. En clair, les 18 CDEC et CLD pourraient être fusionnées en 6.

Mais ce nouveau découpage ne fait pas l’affaire de tous. Par exemple, les arrondissements de Rosemont–La Petite-Patrie et d’Ahuntsic-Cartierville se retrouvent jumelés au sein d’un même territoire. «Ce sont les seuls qui ne sont pas contigus», s’étonne Jean-François Lalonde, le directeur de la CDEC de Rosemont–La Petite-Patrie, qui ne voit pas comment les deux organismes pourraient fonctionner ensemble.

Denis Coderre, le maire de Montréal, a proposé aux 19 maires d’arrondissement de «partir d’une page blanche» et de dresser une nouvelle structure de développement économique local. «Quand on regarde les propositions, les villes de Montréal-Ouest et Hampstead ont été oubliées. Il faut tenir compte de la réalité de Montréal-Est avec l’est de Montréal. Il y a des naturels, comme Anjou et Saint-Léonard», appuie-t-il.

«Ce ne sera pas Québec qui va décider pour Montréal», martèle, pour sa part, M. Croteau.

Les responsables des CDEC et CLD plancheront également sur la nouvelle structure, lors d’une rencontre fixée le 11 décembre. Les maires prévoient définir le nouveau visage du développement économique d’ici la fin mars.

Rappelons que cette semaine, lors du conseil municipal, une motion pour «assurer la pérennité des CLD et CDEC» a été déposée par l’opposition officielle. Elle a été appuyée par plusieurs élus, dont M. Coderre.

Articles récents du même sujet