Ahuntsic-Cartierville
17:30 9 février 2020 | mise à jour le: 9 février 2020 à 19:51 temps de lecture: 3 minutes

Coronavirus: des mesures de prévention au CIUSSS du nord de l’Île

Coronavirus: des mesures de prévention au CIUSSS du nord de l’Île
Photo: Nouvelles Saint-Laurent News – Laurent LavoieLe CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS NIM) se base sur les recommandations de la Direction régionale de santé publique pour préparer les trois hôpitaux de son territoire.

Dans les dernières semaines, les équipes du CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS NIM) ont resserré leurs mesures de prévention en raison du coronavirus (nCoV), qui a fait jusqu’à maintenant plus de 900 victimes à travers le monde. Aucun cas n’a toutefois été répertorié au Québec jusqu’à maintenant.

Le questionnaire du triage de l’urgence a été modifié pour y inclure des informations sur les voyages récents en Chine, où le coronavirus a été initialement détecté.

«L’OMS [Organisation mondiale de la santé] nous donne régulièrement une liste des pays où il y a des germes qui circulent, donc c’est sûr que la Chine y est actuellement», précise Chantal Cloutier, coordonnatrice en prévention des infections, rencontrée à l’urgence de l’Hôpital du Sacré-Cœur (HSC).

Dans le cadre du programme pour les maladies émergentes infectieuses, un habillement précis est prévu pour les infirmiers et médecins qui pourraient être exposés à un patient contagieux.

Advenant un cas de nCoV, un masque «au pouvoir filtrant», une visière, une jaquette et des gants doivent être portés.

Ce resserrement du contrôle des infections et des pratiques d’isolement découlent des leçons apprises de la crise du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), au début des années 2000. Une quarantaine de personnes en avaient succombé au Canada.

De plus, les équipes du CIUSSS calibrent les trois salles à pression négative de HSC, qui s’assurent de garder l’air à l’intérieur, tous les mois. Devant la propagation du coronavirus en Amérique du Nord, le CIUSSS NIM, avec les recommandations de la Direction régionale de santé publique, a décidé de réaliser une vérification de plus de la ventilation.

«Le défi, c’est qu’on soit capable de réagir [à une épidémie], parce qu’on peut être deux, trois ans sans avoir de maladie émergente», souligne Mme Cloutier.

Vendredi, la ministre de la Santé, Danielle McCann, a désigné quatre hôpitaux, dont l’Hôpital général juif et le CHU Sainte-Justine à Montréal, pour recevoir d’éventuelles personnes infectées du coronavirus.

Hausse

Le CIUSSS NIM a relevé une augmentation du nombre de personnes atteintes des syndromes d’allure grippale (SAG) à HSC entre le 1er et le 21 janvier de 2018 et 2020.

  • 2018: 312
  • 2019: 330
  • 2020: 393

Survol

  • Les symptômes du nCoV s’apparentent à la grippe, avec la toux, des difficultés respiratoires et de la fièvre.
  • «La source de l’infection n’a pas été localisée et ses moyens de transmission ne sont pas clairs», selon la Commission nationale de la santé en Chine. L’Organisation mondiale de la santé tient actuellement des recherches pour en savoir davantage. On sait toutefois que le nCoV se transmet par contacts étroits après l’inhalation de gouttelettes infectieuses.
  • L’épidémie s’est graduellement répandue depuis la ville de Wuhan, en Chine, en décembre 2019.

Articles similaires